Les Brèves de N’djaména : Médiation Nationale, drôle de médiation

On se rappelle qu’en 2005, Deby avait déclenché, par l’intermédiaire des Toroboros, un conflit armé entre les populations non arabes et les nomades arabes dans le Salamat. Le conflit avait fait plusieurs dizaines des morts de deux cotés et occasionné des déplacements des milliers. Le conflit est toujours latent.

Aujourd’hui le Médiateur National est en villégiature dans le Salamat pour soit disant régler définitivement ce conflit. Sous prétexte de ramassage des armes de guerre et de lutte contre le braconnage, plus de 50 notables sont arrêtés ; le Chef de Caton des arabes nomades de Haraz Mangueine, accusé d’avoir reçu des armes des mains d’Eldjineidi (ex CEMGA), arrêté et torturé. Et enfin, la délégation conduite par le Médiateur aurait décidé que seuls les arabes doivent versés du dia aux communautés non arabes, ce qui signifie qu’il n’y aura pas de compensation mutuelle.

YSA, interdit de quitter le pays ? Dès que le décret de sa nomination rendu publique, le tout premier acte du nouveau PM fut de convoquer dare-dare le caissier de la Primature et s’en acquérir de l’état de la caisse. Qu’elle ne fut pas sa surprise d’apprendre que son prédécesseur avait déjà raflé par avance tous les fonds spéciaux du PM pour l’année 2010 et ce, dès la première semaine du mois de janvier. Paniqué et en colère, le PM informa immédiatement son patron qui lui rétorqua sèchement qu’il est le PM et qu’il n’a qu’à prendre ses responsabilités. Tout cela s’est passé avant la prise effective de service du nouveau PM. L’entourage du PM a demandé à celui-ci de se calmer, « car on ne sait jamais, peut être que l’ex va restituer le reliquat.» Entre temps, Deby a discrètement demandé à l’ex par l’intermédiaire de l’ANS, qu’il a besoin de lui et qu’il ne faut pas qu’il bouge pour le moment. Mais quand Deby a besoin de vous par l’ANS interposée… Comme le Monsieur n’a pas pour habitude de finir avec ses collaborateurs en beauté, dans le calme et sérénité, il n’a donc pas failli à cette noble habitude : il vient de dépêcher au bureau de l’ex PM les agents du Ministère du Contrôle d’Etat pour auditer la gestion et avoir une idée sur la gestion des fonds spéciaux.

Deby et ses PM – Être le PM n’est pas du tout repos ; non seulement il n’a absolument aucun pouvoir de décision moins encore de gestion, mais dès les premières minutes de sa nomination, l’heureux nouveau promis fera l’objet d’une calomnie instantanée de la part du parti de Deby et des bouffons de celui-ci. On voit bien d’où part souvent ce dénigrement. Le PM n’est responsable de rien mais est responsable de tout ce qui ne va pas et sera catalogué de tous les épithètes dégradants jusqu’à son renvoi. Mais comment sont-ils renvoyés ces ex PM ? Le premier PM de Deby a créé son parti d’opposition alors qu’il était encore PM actif de Deby, allez savoir ! Deby a accéléré sans regret ni amertume le départ de trois ex PM au-delà, paix à leur âme ; deux ont séjourné à la maison d’arrêt avant d’être de nouveau récupérés ou en voie de l’être ; un autre a été obligé d’exhiber son passeport français pour pouvoir quitter le territoire tchadien. Les rares autres qui n’ont pas connu ces mésaventures, font le dos très rond pour ne pas en être victimes, mais mêmes eux, ils ont avalé beaucoup des couleuvres ! Comme on le voit YSA a de quoi s’inspirer, mais comme il a la chance inouïe d’avoir ses papiers français de refugié politique encore valides, il lui est vivement recommandé d’enjamber sans tarder le Chari.

Beremadji Félix
N’djaména


Commentaires sur facebook