Les Européens se mobilisent en faveur de la force militaire pour le Tchad – Le monde

Les Français eux-mêmes n’en reviennent pas. Contrairement aux inquiétudes exprimées dans différentes capitales, il ne devrait pas être trop difficile de mobiliser l’équivalent de trois bataillons (environ 3 000 hommes) pour la force européenne qui rejoindra l’est du Tchad et le nord de la Centrafrique avant la fin de l’année pour appuyer la force ONU-UA.

Les ministres européens de la défense, réunis, vendredi 28 septembre, à Evora (Portugal), ont souligné que cette opération en faveur des réfugiés du Darfour était légitime, urgente et attendue par leurs opinions publiques respectives.

Au moins dix d’entre eux ont annoncé des contributions militaires provisoires, dont le total est estimé à environ 2 500 hommes. A la demande de Nicolas Sarkozy, le ministre français de la défense Hervé Morin a exhorté ses homologues à se mobiliser, expliquant que la résolution des Nations unies autorisant le déploiement de cette force au Tchad avait été « portée par la France et la Grande-Bretagne, au nom de l’Union européenne ».

Comme prévu, la France fournira l’ossature de cette force européenne, avec 1 500 hommes. L’Irlande sera l’un des principaux contributeurs avec 350 soldats. Des négociations se poursuivent, d’autre part, avec Dublin pour que le gouvernement irlandais accepte d’accentuer la « visibilité » de son effort.

La Suède fournira 200 soldats, mais il n’est plus question que Stockholm assume le commandement de la force européenne, comme cela avait été envisagé. La Pologne a annoncé un effort à hauteur de 150 soldats et sans doute aussi des policiers. La Belgique évoque le chiffre d’une centaine de soldats, de même que la Slovénie, alors que l’Autriche enverrait environ 70 hommes. La Finlande et les Pays-Bas ont annoncé leur participation sans citer de chiffres, d’autres pays indiquant qu’ils seraient présents d’une manière ou d’une autre.

Le Luxembourg a ainsi fait part d’une contribution financière de 400 000 euros, tandis que l’Espagne mettra ses capacités de transport aérien au service de l’opération. L’Allemagne se contentera d’envoyer des officiers au quartier général de l’opération et les Britanniques ont adopté une attitude plus positive que prévu, indiquant, selon Hervé Morin, qu’ils « regardent » comment ils pourraient contribuer.

Le ministre français de la défense s’est dit convaincu que « l’objectif de 3 000 hommes sera atteint sans trop de difficultés« , y compris parce que des contributions de pays non membres de l’UE ont également été sollicités (Croatie, Maroc, etc.). La question du financement de l’opération et son organisation logistique. Les coûts communs, au niveau européen, devraient dépasser 100 millions d’euros, ce qui représentera sans doute moins de 15 % du total du financement nécessaire.


Commentaires sur facebook