Les Brèves de N’djaména: Deby kidnappe Nour

C’est une histoire rocambolesque, digne des pires traditions des dictatures de l’Amérique du Sud que les témoins oculaires commencent à chuchoter. Après avoir obligé ses protégés du MJE de signer un accord avec Khartoum, en échanges des espèces sonnantes et trébuchantes le 23 février, Deby fait un crochet par Tripoli avant de descendre à N’djaména, histoire de se justifier et de se faire pardonner et apaiser le courroux du Guide pour qui le problème de Darfour doit se régler sous l’égide de la Grande Jamahiriya et non sous les auspices d’un minuscule Etat du Golf, le Qatar.

Arrivé à Tripoli, Deby pique tout droit à l’hôtel et là par pure coïncidence rencontre dans les couloirs, Mahamat Nour Abdelkrim, son ex-Ministre de la Défense. Il le fait arrêter immédiatement par sa garde rapprochée : mains et pieds liés et la bouche bâillonnée par un sparadrap, le colis est prêt à être embarqué. Ne voulant pas transporter le colis dans son propre avion, Deby demanda un avion de N’djaména. Entre temps, un témoin proche de Nour arrive à s échapper et alerte les autorités libyennes. Le Guide, déjà sur les nerfs, somme Deby de libérer immédiatement Nour. Ce qui fut fait. Le Guide attendra la confirmation de la libération de Nour avant de recevoir Deby et l’apostrophe tout de go « tu penses vraiment que tu peux kidnapper Nour ici en Libye, sous ma barbe? Mais tu te vois trop grand, toi ! Fais ça avec tes opposants qui sont ailleurs comme tu en as l’habitude, pas chez moi, ni avec moi ».

Beremadji Félix
N’djaména


Commentaires sur facebook