Les Brèves de N’djaména : Assassinat d’Abdelmannane, Deby panique

manani L’assassinat d’Abdelmannane Kharachi créera-t-il un précédent dans la gestion des crimes politiques au Tchad. Contrairement aux autres nombreux forfaits criminels de Deby dont les parents des victimes sont restés silencieux, ceux d’Abdelmannane semblent adopter une stratégie moins résignante, pour ne pas dire très audacieuse et offensive : la saisine d’une Cour internationale par une plainte en bonne et due forme, laquelle plainte est accompagnée de nombreux enregistrements relatifs aux menaces proférées par les sbires de Deby à l’endroit de son ex-Conseiller et les parents de celui-ci. En plus de Deby, certains de ses illustres collaborateurs sont mentionnés dans la plainte.

manani La nouvelle a été reçus 5/5 par Deby et son entourage. Dans la panique, le perroquet national a tonné mais on n’a rien compris de ses niaiseries ; vulgaire et indécent, il a traité le défunt de « fêtard ». Dans la foulée 3 miséreux citoyens lambda sont exhibés pour le besoin de la cause. C’est une habitude chez Deby, quand un assassinat suscite des remous, on trouve assez rapidement des boucs émissaires. Quand Gani Noussour Betchi a été assassinée et que les parents ont commencé à murmurer, il a été vite trouvé « les auteurs du crime », 3 miséreux citoyens lambda chez qui il a été retrouvé le téléphone portable et les pièces d’identité de la victime ; exactement même scenario avec Abdelmannane. Et dans les deux cas, comme par hasard ce sont toujours deux sudistes et un nordiste ! Pourtant l’élimination physique des cadres de l’armée de l’air de cette même famille n’a pas débuté avec celui d’Abdelmannane. Avant le sien, il y a eu les assassinats des lieutenants Mohamed Attahir Tariq et Ismaël Abderrahim, techniciens hélico, formés en ex-URSS, et du Commandant Moussa Nadar, pilote, écrasé par un véhicule militaire sans numéro d’immatriculation à Abéché alors qu’il accomplissait ses prières. Mais on n’a pas trouvé les auteurs du crime avec autant de promptitude comme le cas d’Abdelmannane.

manani Deby est déjà dans les beaux draps avec le cas du Pr Ibni Oumar Mahamat Saleh, avec l’assassinat d’Abdelmannane, bonjour les dégâts. Si dans le cas d’Ibni Oumar, seule l’opinion internationale est en première ligne, les parents beaucoup moins, pour Abdelmannane, sous la férule d’un Abakar Manany très remonté selon des témoins, les parents risquent d’aller très loin au grand dam de Deby et de ses proches. « Abakar va traquer les Deby partout comme les chasseurs des nazis avec ces derniers, » osera même un témoin qui a assisté à la place mortuaire organisée au domicile de ce même Abakar.

mananiAbakar connait bien Deby, c’est le moins qu’on puisse dire, il est capable de lui porter un coup dur car connaissant là où il fera très mal à Deby. Mais osera-t-il ? Jusqu’à quand Abakar se taira-t-il sur les nombreuses activités mafieuses et criminelles de Deby dont il est parfaitement au parfum et dont leur divulgation révélera encore d’avantage la nature de Deby et de son régime au regard de ceux qui en doutent encore. Les photos très écœurantes et insupportables du défunt qui circulent dans le net, espérons-le, feront peut être faire bouger plus d’un et surtout Abakar Manany qui a l’air d’avoir pris la tête de la révolte, malgré les menaces et autres zizanies qu’essaient Deby et son perroquet national, de semer au sein de cette même famille.manani

Beremadji Félix
N’djaména


Commentaires sur facebook