La liste des victimes de Deby s’allonge

Décidément il n’est pas bon ton d’être le bienfaiteur, ni le bailleur des fonds de Deby. Car on fini par se faire assassiner à coup sûr. C’est arrivé avec Adouma Ali qui a été l’intermédiaire entre le Soudan et le Tchad, entre les marchands d’armes et le Tchad et intermédiaire entre des investisseurs qui ont apporté 22 millions de dollars en espèces et déposées à la BCC.

Le propriétaire des fonds et lui ont été assassinés. Adouma connaissait beaucoup, si ce n’est pas trop des choses. Ensuite c’était le tour de l’entrepreneur tchadien Mahamat Nour, l’homme qui a construit par ses propres frais tous les châteaux des Deby. Endetté, interdit de rencontrer Deby, il en est mort de soucis. Aujourd’hui c’est le tour de l’homme d’affaires libyen domicilié à N’djaména, Hissène Aga. Ce dernier vient de décéder à la suite d’un empoisonnement, nouvelle arme fatale de Deby, exactement dans les mêmes conditions que le Ministre de la Défense. Celui-ci, en bon militaire a pu résister jusqu’à ce qu’on le sauve, tandis que l’autre…

Hissène Aga est bien connu à Ndjamena pour être très proche de Deby et l’interlocuteur privilégié entre le Guide libyen et Deby. Tout ce qui vient de la Libye passe d’abord par lui, en particulier les armes, les minutions et les Toyota. Le Domaine de Pont Bélilé où Deby organise ses soirées dansantes, appartenait à ce même Aga. Deby l’aurait acheté « verbalement » ! Dernièrement il aurait fourni trois cents toyota dont la facture n’a pas été honorée jusqu’à ce jour. C’est toujours le même individu qui a obtenu le marché de la construction des villas derrière le palais du 15. C’est un marché de 17 milliards de nos CFA, mais jusqu’à ce jour, le Monsieur puisait de sa poche pour réaliser le projet. Alors, est-ce pour définitivement effacer les traces de tout ce qu’il doit au Monsieur que Deby l’a fait partir, ou bien, ce Monsieur qui connaissait trop des choses commence à l’inquiéter.

La mort de l’homme d’affaires libyen ne va certainement pas faciliter les relations entre le Guide et son protégé, déjà très tendues. En effet un froid glacial s’est installé entre les deux hommes. Deby a trouvé une oreille plus qu’attentive des nouvelles autorités françaises ; Deby a confié à ses proches que les nouveaux maitres gaulois sont plus efficaces que « le vieux ». Cela n’est pas du tout du gout du Guide. Une affaire à suivre.

Mahamat Ahmat
N’djaména


Commentaires sur facebook