Les Brèves de N’djaména : Les reculades de Deby

On attendait d’un moment à un autre la signature d’un décret portant chamboulement de toute la hiérarchie des services de défense et de sécurité. Ce décret aurait remplacé tous les anciens militaires MPS par des jeunes loups. Il était question de remplacer particulièrement le duo Dirmi Haroun et Tahir Erda, tous les Commandants des opérations, les Commandants des zones, la Gendarmerie, la GNNT, les aides de camps ainsi que les responsables des services financiers de l’armée.

Au cours d’une réunion des Deby (Idriss, Timan et Daoussa), il a été déclaré que les anciens chefs militaires se sont suffisamment embourgeoisés, accumulant argent et femmes, donc ils n’ont plus l’esprit combatif, pire beaucoup ont un pied dedans, un pied dehors, vis-à-vis des rebelles. D’autres sont intoxiqués et entrainés par les bavardages hostiles d’un Abderrahim Bahar. Alors il faut tout chambouler. Mais entre temps, la crise de l’aéroport est survenue et les « Z » ont apparu dans leur vraie nature : amour factice et réelle hostilité envers le régime de Deby. Comme la plupart des concernés par le décret en question sont dans leur écrasante majorité des proches de Deby, celui-ci a décidé qu’il ne faut ajouter « du mécontentement au mécontentement.» Ainsi Tahir Erda vient d’être dépêché au front est, les aides de camp, auteurs des activités immobilières mafieuses de connivence avec le perroquet nationale, viennent d’être réhabilités, tandis que d’anciens chefs de guerre MPS, laissés longtemps sur les carreaux viennent d’être appelés au secours. C’est la pause. Mais jusqu’à quand ?

Deby bazarde Sidigui – Le projet Sidigui a été et demeure la vache à lait de Deby. On se rappelle que les champs pétroliers de Sidigui auraient dû être mis en exploitation avec la construction d’une mini raffinerie, en même temps que les champs de Doba. Profitant de la confusion née du retrait du Shell et Elf du Consortium pétrolier, Deby a exigé qu’Exxon rétrocède au Tchad le Projet Sidigui. Exxon, pour qui Sidigui est un fardeau sans importance économique, mais obligé de le trimballer parce que le Gouvernement a fait son couplage avec Doba une condition, s’en est débarrassé avec plaisir et précipitation. Depuis, Deby porte sur sa tête Sidigui tel un colporteur de cola! Une marchandise à vendre au premier venu, vite récupéré et revendu au suivant, etc. Le projet a été vendu d’abord à un homme d’affaires soudanais, M. El Djarnebi. Seuls Nasser et Deby diront aux tchadiens au moment venu pourquoi l’homme soudanais a été expulsé, ses biens et investissements confisqués. Puis c’est à un autre groupe des hommes d’affaires soudanais que Deby vend le projet dont Adouma Ali était le représentant à N’djaména, on connait comment ça s’est fini: au poteau d’exécution.

Aujourd’hui, c’est au tour des chinois de prendre possession du maudit projet toujours dans des conditions mafieuses. Selon des sources concordantes Deby aurait tout simplement cadeauté aux chinois le projet. Selon une source, le Gouvernement aurait fait un troc avec les chinois: le Tchad refile Sidigui aux chinois et en retour « le Tchad rentre dans le capital de la société qui gère le projet de Bongor.» C’est la version que le Gouvernement essaie de faire passer dans l’opinion mais la réalité, selon des sources concordantes, est que Deby a purement et simplement vendu le brut de Doba aux chinois qui doivent construire une raffinerie pour écouler leur produit. Selon nos informations, le 15 millions de barrels du brut récupérables de Sidigui ont été estimés par rapport au prix du Brent du mois de mais 2009 et le tiers de la valeur remis en espèces à Deby. Le reste suivra en fonction de l’avancement du Projet.

Beremadji Félix
N’djaména


Commentaires sur facebook