Les Brèves de N’djaména : Les fanfaronnades de Deby

Deby a profité du 50ème anniversaire de l’indépendance du Tchad pour lancer quelques pics à l’endroit de la France, son principal soutien et protecteur. La tactique est bien connue et huilée. Sur le front militaire c’est le calme plat avec un avantage marqué pour Deby. Son nouvel allié soudanais a démantelé tous les groupes armés à l’exception de l’UFR (pour combien de temps ??).

Les politiques appartenant à ces groupes ont été soit expulsés du Soudan vers des nouveaux horizons soit acheminés au Tchad. Les rares qui se trouvent encore à Khartoum sont interdits d’activités politiques, les communiqués et autres écrits sur les sites ne sont que des trompe-l’œil. Quant aux militaires, désarmés et regroupés, ils attendent à être « remis » à Deby. La saison des pluies est venue compléter la baraka de Deby. Les pluies sont tellement intenses et abondantes qu’aucun mouvement n’est possible. Tous les oueds sont pleins à craquer même ceux qui n’ont pas coulé depuis des illustres. Deby est donc en paix ; aucune menace militaire ne se pointe à court terme à l’horizon. Et puis le Monsieur a besoin de l’argent, beaucoup d’argent.

Il le veut pour lui-même et sa famille, pour entretenir et corrompre sa soldatesque, pour soi-disant mener jusqu’au bout des nombreux projets bidons sources des détournements, et toujours abandonnés en cours d’exécution et enfin il a besoin d’argent pour assurer sa sécurité en rasant N’djaména. Face à cet appétit boulimique vis-à-vis des sous, seuls les revenus pétroliers ne suffisent plus, alors il faut chercher d’autres sources de financements d’où sa sortie maladroite du 11 août 2010. Et puis, après un demi-siècle d’indépendance, Deby doit monter sur ses ergots et montrer que le Tchad est bel et bien indépendant depuis 50 ans, surtout qu’il est désigné le plus grand Président de tous les temps par la chaine « Africa 24 » dont Deby et Obiang Guéma sont les deux principaux actionnaires. Mais certainement pour une petite minute Deby a perdu les pédales : c’est lui qui finance les partis politiques français et non l’inverse.

Deby, soit il ignore (ce qui est très probable), soit feint d’ignorer que l’opération « Epervier » n’existe plus, avait pris fin officiellement en 1997. C’est Deby lui-même qui a signé le nouvel accord qui donne à la France le droit de maintenir une base militaire au Tchad sous l’appellation de « les Eléments Français au Tchad (EFT)». Le contenu de cet accord est pratiquement inconnu du public tchadien, seuls Deby et les français savent de quoi il s’agit. En faisant allusion à « l’Epervier », diversion ou ignorance ?

De toutes les manières, les français peuvent continuer à vaquer à leurs occupations quotidiennes sans aucune inquiétude. L’effet d’annonce passé, Deby ne reviendra plus sur le sujet et les français feront comme s’ils n’ont rien entendu.

Beremadji Félix
N’djaména


Commentaires sur facebook