Les Brèves de N’djaména : Deby cherche un concurrent

Les élections s’approchent et Deby veut que tout se passe sans accroc, comme une lettre à la poste. Organiser correctement et gagner haut les mains. Selon Deby, il n’y a qu’une seule personne qui est capable de réaliser une telle prouesse et a pour nom Bruno Foucher, ex et actuel Ambassadeur de France au Tchad. Ce Monsieur avait fini son mandat au Tchad, dit au revoir à toute la classe politique, au corps diplomatique, reçu des mains de Deby la plus haute distinction de la République et quitté Ndjamena à destination de Paris par un vol air France. 48h après son départ, le bon M. est de retour et regagné son bureau sans aucun problème (cf. zoom Tchad).

Que s’est-il passé ? Est-ce que, dans les normes des relations internationales, ces genres des trucs se font ? Ou bien c’est uniquement dans les néo colonies ou Républiques bananières. Toujours est-il que, selon nos informations, Deby s’est rendu compte de l’importance de cet homme dans son dispositif du règne à vie qu’après le départ de celui-ci. En effet M. Foucher est non seulement le représentant de la France auprès du Tchad, mais il est aussi le représentant de Deby auprès de la France, ’intermédiaire privilégié entre la communauté internationale et passage obligé de celle-ci vers Deby. M. Foucher est en même temps le parrain omnipotent de toute la classe politique tchadienne. Au sein de celle-ci, personne ne peut ouvrir la bouche ou même p… sans l’accord de M. Foucher. Deby s’en est rendu compte qu’après toutes les cérémonies d’adieu passées. Un petit coup de téléphone au patron de Levallois – Perret qui à son tour a fait suivre l’appel à l’Elysée, a fini par faire revenir le Monsieur à son poste.

M. Foucher doit donc organiser les élections à venir et faire gagner Deby. Ce dernier ne passe pas auprès de l’opinion publique française particulièrement depuis l’enlèvement et l’assassinat d’Ibni Oumar Mahamat Saleh. Ce n’est donc pas un hasard si deux des proches de Deby sont envoyés au charbon pour le cas d’Ibni et ce, dès le retour de Bruno Foucher. C’était donc le premier axe d’activités : faire passer Deby auprès de l’opinion internationale et de leurs représentations sur place. Deuxième axe est de trouver « un bon concurrent » à Deby. En effet les leaders de l’opposition locale ne semblent du tout s’emballer pour accompagner Deby, les résultats étant connus d’avance. Pas d’illusions là-dessus. Ces leaders semblent préférer conserver leur énergies et ressources pour les élections législatives et autres locales. Du coup, Deby risque de se retrouver seul candidat au grand dam de la françafrique. Alors, l’ancien Président Goukouni, a été rapproché avec pour promesse la prise en charge complète des frais de campagne et autres frais annexes : mais ce dernier dit réserver sa réponse. « Ah bon, en attendant que tu réfléchisses, ta demande de visa pour la France peut aussi attendre ; quand la France demande un service, on ne réfléchit pas ! », avait fait savoir calmement le Haut Représentant de la France.

D’autres leaders des partis sont aussi rapprochés, M. Foucher s’y déploie activement. Deby doit gagner les élections pour que Sarkozy gagne les siennes en 2012, tel semble être le mot d’ordre de la françafrique.

Beremadji Félix
N’djaména


Commentaires sur facebook