Les Brèves de N’djaména – Reconnaissance nationale à Deby père

Idris Deby vient de distinguer son vieux père, Deby Itno parmi les personnalités ayant marqué les 50 années de l’existence du Tchad. Avant de poursuivre, je me pose une petite question : s’agit il des personnes ayant substantiellement contribué à la construction du jeune Etat et de son développement ou s’agit il des personnes ayant contribué à l’avènement du Tchad, ou les deux ?

Ceci dit, il faut dire que le geste de Deby est juste et même justifié, à mon avis. Deby Itno a engendré le très Grand Idris Deby, l’homme qui a sacrifié toute sa vie et celle de sa famille au service du Tchad (7 enfants de Deby Itno sont morts dans les différentes guerres, morts sur les champs de bataille pour l’honneur et la dignité du tchad.) Idris Deby est l’homme qui depuis 1962 (date de sa scolarisation), n’a jamais passé une seconde sans penser au Tchad et à son bien être. Devenu Président, Idris Deby a fait du Tchad et des tchadiens ce qu’ils sont aujourd’hui : le Tchad est la vitrine de l’Afrique, tandis que les tchadiens, fiers et heureux, priant tous les jours pour que Idris Deby continue éternellement à s’occuper d’eux. C’est sûr que c’est par modestie que Idris Deby n’a pas distingué Itno qui engendré Deby et Hemis (bien accentuer le H) qui a engendré Itno.

Il ne faut pas divaguer, n’est ce pas. Pour une question de pudeur et de similarité, il fallait distinguer d’autres qui ont engendré des hommes qui ont dirigé le Tchad. Je suis sûr que c’est par oubli que Idris Deby n’a pas distingué le père de François Tombalbaye, le premier Président du tchad. Celui là qui a gouverné le Tchad pendant 15 ans et selon les jaloux, son bilan est nettement plus positif comparé à celui de ses successeurs, même si il est jugé être à l’origine des problèmes que le Tchad connaît actuellement. Ça, c’est le raisonnement des esprits tordus et jaloux, le bilan d’Idris Deby n’est comparable à aucun autre. Au fait comment s’appelle le père de François Tombalbaye ? Bon, on va se renseigner chez les Madjingaye.

Ensuite le Grand Idris a oublié de distinguer le père de Félix Malloum, le second Président du Tchad. Et déjà comment s’appelle son père. Pas grave on va se renseigner chez les Mbay. Mais bizarre de bizarre pourquoi on ne connaît pas les noms des pères, grands pères de nos anciens présidents. Un président doit hisser son père, sa mère ses enfants, ses femmes, sœurs, oncles tantes, etc., au dessus de tous les autres citoyens. On doit reconnaître la famille du président par leurs noms, par leurs richesses, par leur accaparation des biens de l’état. Les membres de la famille d’un Président doivent occuper tous les postes juteux du pays ; connaît lire ou connaît pas, ce n’est pas le problème, on est de la famille du Président oui ou non ! Toutes les régies financières doivent être entre les mains de la famille, en particuliers les douanes doivent être réservées aux sœurs. Les membres de la famille d’un président doivent vivre, jubiler, jouir, piétiner les autres, etc. mais bien sûr, on n’est pas président pour rien ! Si on sacrifie tous ses parents pour devenir Président, ce n’est pas pour continuer à disputer les mamelles d’une seule chamelle avec le chamelon, voyons !

Alors pourquoi on ne connaît ni les pères, les grands pères, enfants, femmes, etc. de ces deux ex Présidents ? De quoi ils ont honte pour ne pas exposer leurs familles ? Ou bien ils ont vécu comme vit actuellement la famille de notre Grand IDI ? Moi je suis jeune pour le savoir, mais certainement les anciens vont nous éclairer.

On continue la liste des personnes à distinguer mais oubliées. Logiquement le grand Idris Deby doit distinguer le père de Goukouni Weddey, le vieux Derdéy Weddey pour avoir eu comme fils Goukouni dont les services rendus au Tchad sont immenses, sans atteindre ceux d’Idris deby. Le vieux Derdey était un des premiers chefs traditionnels à se rebeller contre l’injustice et les exactions. Il mérite une distinction.

Autre sommité oubliée par erreur est le vieux Habré Mechellami, le père de Hissene Habré. Idris Deby a dénié à Hissene Habré la reconnaissance de la Nation, c’est parfaitement justifié ! Alors, y a quoi ?? En effet au Tchad pour tout ce qui concerne Hissene Habré, c’est Kadhafi qui s’en occupe : il faut chasser Habré du pouvoir c’est le Guide (accessoirement les français), il faut payer le monde entier pour empêcher Habré de dormir tranquille, c’est toujours le Guide et toutes les voix du Tchad ajoutées au dossier Habré, c’est toujours sur suggestion du Grand Guide, or les oreilles du grand Guide ne veulent pas entendre, au grand jamais, que Hissene Habré soit distingué par la Nation. Surtout au moment où le Guide est présent à Ndjamena. C’est la seule raison, sinon Idris a servi fidèlement et loyalement Hissene depuis 1979 jusqu’à 1989, et puis l’un est le beau frère de l’autre, en plus ils sont des parents : donc il n’y a aucune raison d’Idris n’honore pas Hissene, si ce n’est ce…

A défaut de Hissene Habré, on aurait du honorer Habré Mechellami, mais c’est un oubli, d’autant plus que Idris connaît personnellement le vieux Mechellami qui est aussi bien connu dans le pays Annakaza que l’est le vieux Deby dans le pays Anna, en plus selon ceux qui connaissent les deux vieux, Mechellami avait plus des têtes des chameaux que l’autre ! Passons, là n’est le problème. Le vieux Mechellami avait joué un très grand rôle dans le rapprochement entre les Anna et les Annakaza. Idris Deby lui-même avait eu souvent recours à ce vieux pour résoudre ses problèmes personnels ou faire passer un message à Habré fils. C’est une raison suffisante pour l’honorer.
D’autres personnes qui ont joué un rôle moindre que Deby Itno mais qui mériteraient quand même d’être honorées ou d’autres qui ont été honorées par inadvertance (A suivre)

Issa Ahmed Tahir
Ndjamena – Goudji


Commentaires sur facebook