Les Brèves de N’djaména : Deby, Objectif 2030

Avant que les Deby s’entredéchirent à cause du titre de chef de canton de Bilia, il y a eu une réunion très importante des Itno au lendemain du patatras de la rébellion. « Maintenant que l’ennemi extérieur est définitivement vaincu, il faut se débarrasser de l’ennemi intérieur pour s’installer dans la durée au pouvoir », lança un des participants. Jusqu’à quand peut-on espérer conserver le fauteuil présidentiel et comment se débarrasser de l’ennemi intérieur ?

Pour le premier point, après quelques rapides échanges, le terme fut vite trouvé : 20 ans déjà passé plus la somme du temps mis par des ex présidents (Tombalbaye : 15 ans, Malloum : 4 ans, Lol : 1 an, Goukouni : 2 ans et Habré : 8 ans), soit un total de 20 ans encore; ainsi 2010 plus20 ans donnera le terme de 2030, càd 20 ans à partir de 2010 et 40 ans à partir de 1990. « On ne bat pas encore le record de Kadhafi », avait remarqué quelqu’un. « Atteignons d’abord 2030 et on verra le reste », avait conclu doctement un autre. Quant au second point les débats furent assez longs, mais la conclusion est celle-ci: il faut s’appuyer sur l’armée, mais d’abord la purifier. En premier, radier définitivement de l’armée tous les ex rebelles, retenir aussi longtemps que possible les ex-leaders des rebelles à l’extérieur du Tchad, se débarrasser petit à petit de tous les éléments arabes, goranes et surtout les beris qui ne se retrouvent pas dans Hemiss, arrière grand père de Deby. La formule est très claire : tout élément beri qui n’a pas pour aïeul direct ou indirect Hemis, doit être éloigné de l’armée.

Malgré le coup d’Etat contre l’ex-chef de canton bilia et les jacqueries inter Itno, Deby a commencé à exécuter les décisions de la réunion familiale. Une première liste (8 décrets muets) des ex-rebelles radiés de l’armée a été déjà publiée. Le nettoyage se poursuit. Avant de s’envoler pour Paris la semaine dernière, il avait signé 17 autres décrets muets: les 15 concernent la promotion à des différents grades de 12000 militaires, les 2 autres, la radiation des ex ou actuels rebelles. Les promus sont en majorité des officiers assimilés rescapés de toutes les guerres du Tchad et issus essentiellement des différentes fractions du Frolinat. Suivez mon regard et vous saurez de qui exactement s’agit-il. Ces officiers assimilés exercent aujourd’hui dans toutes les sphères de la vie : dans l’armée bien sûr mais aussi dans l’administration, dans les services paramilitaires, dans le civile, chauffeurs des autobus (cars) ou tout simplement derrières les chameaux… Ils sont tous régulièrement immatriculés et perçoivent leur salaire de l’armée. Ils sont mobilisés quand il y a la guerre et démobilisés quand celle-ci s’arrête. Avec leur promotion et la demande express de Deby de les voir porter immédiatement la tenue, c’est une épée de Damoclès qui pèse désormais sur les officiers assimilés promus.

En effet ceux qui ne voudraient pas reporter la tenue seront très nombreux. La radiation des rangs de l’armée sera donc immédiate et le trie par d’autres méthodes se poursuivra jusqu’à l’élimination complète des rangs de l’armée tout élément susceptible de ne pas apprécier le régime de Deby. Autre élément à ajouter dans le même dossier est le recrutement massif des beris issus de Hemiss et des membres des autres communautés jugés amorphes ou dociles par Deby et les siens. Ces éléments qui composeront l’ossature de la future armée debyenne sont entraînés présentement à Gourfou Key à quelques dizaines de kilomètres de Tiné pour les beris et à Loumya, pour les autres. En avant donc pour le 2030 et on verra le reste !

Beremadji Félix
N’djaména


Commentaires sur facebook