Les Brèves de N’djaména : A quoi jouent El Béchir et Deby ?

El Béchir et Deby étaient des ennemis jurés. Chacun d’eux entretenait des rebelles qui luttaient contre le régime de l’autre ; et puis lassés de se faire la guerre et convaincus que les rebelles qu’ils soutiennent sont incapables de renverser l’autre, ils ont décidé de se réconcilier en les sacrifiant. Depuis, ils sont la main dans la main mais ne regardent pas forcement dans la même direction.

Sur la Libye. Deby est l’allié inconditionnel du Guide et semble être son dernier recours d’autant plus qu’il se prépare activement à exfiltrer le Guide, sa famille et quelques-uns de ses autres proches. L’armée tchadienne s’organise activement pour cette opération. Déjà, des oasis de Sebha, région native des Kadhafas, jusqu’au grand Kanem en passant par les grottes du Tibesti, Kadhafi se prépare à s’y installer dans la durée. Ces derniers temps, une lueur d’espoir semble gagner Kadhafi et son allié Deby, mais on ne sait pas d’où-t-elle vient.

El Béchir, lui est tout le contraire de Deby. Engagé à corps et âme contre Kadhafi, aux côtés des insurgés, le Soudan est la tête de pont des pays anti Kadhafi. Des avions soudanais débarquent nourriture et médicaments à l’aéroport de Benghazi ; des soldats, selon les mauvaises langues, composés essentiellement des ex-rebelles tchadiens, combattraient aux cotés des insurgés libyens.
Mais la Libye est un sujet tabou pour El Béchir et Deby. Les rebelles de Darfour sont farouchement opposés aux deux régimes. Soutenus en son temps par Deby, ils étaient lâchés sur l’autel de la réconciliation entre les deux pays. Depuis ils n’ont apparemment aucun contact avec les régimes. Mais les rebelles du Darfour se sont arrangés du coté de Kadhafi et harcèlent continuellement dans le désert de Nubie les convois soudanais qui partent au secours des insurgés vers Benghazi, et ceci avec un réel succès. Selon certaines sources, les rebelles darforiens blessés, sont soignés à N’djaména ! Mais Oumar El Béchir n’a rien vu !

Sur le Sud Soudan. Malgré les nombreuses mises en garde de la Communauté internationale, le régime de Khartoum est décidé de barrer la route à la séparation du Sud Soudan, la guerre est de nouveau en cours. Deby était longtemps l’allié d’El Béchir dans ce dossier. On l’a vu dernièrement présenter le Préfet Bozizé aux autorités de Khartoum en vue de bâtir une stratégie régionale commune contre le Sud Soudan. Or, lors de la dernière session de l’UA à Addis, la délégation tchadienne aurait discrètement rencontré celle du Sud Soudan et lui a promis son soutien indéfectible pour la future proclamation de l’Etat souverain. Par la même occasion, on apprend de sources concordantes que Deby a déjà nommé un Consul à Juba.

Alors à quoi jouent ces deux-là? Quand vont-ils se regarder les yeux dans les yeux ?

Sur le même chapitre des contradictions non résolues apparemment, il faut noter celles entre Deby et Sarkozy. Tous ceux qui suivent le dossier tchadien sont étonnés et voire surpris que Deby se range à corps perdu derrière Kadhafi alors que la France est un des premiers pays à avoir reconnu l’organe politique des insurgés libyens et le pays le plus décidé à faire partir Kadhafi. Et jusqu’à ces jours, Sarkozy et Deby évoluent sur le dossier libyen de manière diamétralement opposée. Un petit fait anodin mais qui n’est pas passé inaperçu : lors du voyage de Deby aux USA, en aller, pendant l’escale de l’avion présidentiel à l’aéroport de Roissy, Deby n’est pas sorti de l’avion et aucun officiel français n’est monté à bord pour lui souhaiter la bienvenue. Au retour, Deby a carrément évité l’étape parisienne pour passer par le Maroc. Mmmmm, pas très conforme à la tradition !

Deby renoue-t-il avec la Rébellion du Darfour? Mr Deby est têtu comme un mulet malgré la pression de l’opinion internationale contre le dictateur libyen, il se démène encore à vouloir le sauver contre vents et marées. On savait que la gratitude n’est pas la tasse à café de Deby qui à un tour de main, a l’habitude d’abandonner ses meilleurs amis, mais pour le guide il persévère dans ses efforts pour sauver un régime mis aux bancs de la communauté internationale.

En effet à la barbe de Mr Minni Arkou Minnawi, un des Chefs rebelle du Darfour, Mr Deby vient de mobiliser le Com-OPS de Minni, Mohammadienne Ismaël Ousmane dit «Mohammadienne Orga Djor », pour attaquer le CNT par le sud-est c.-à-d. par djebel Elaouinat. Pour ce faire, une jonction avec une unité de la Garde Républicaine (GR) dirigée par un membre de la famille de Deby a été établie à « DEMI », région désertique entre Ounianga et Mourdi. En partant à la rencontre des unités tchadiennes, les unités de Minni ont heurté un convoi de l’armée soudanaise qui partait pour ravitailler le CNT par Djebel Elaouinat , il s’en est suivi des combats très durs au cours desquels le Cdt Mohammadienne a été légèrement blessé et la totalité du ravitaillement a été récupéré par les hommes de Com-OPS.

Pour l’histoire il faut se rappeler que c’était sur suggestion du même Deby que Minni avait fait un coup de force contre son chef politique en la personne de Dr Hariri qui vivait en Norvège. Lors des négociations de paix parrainée par Deby en 2003 à Abéché, Minni avait demandé la présence de son chef. Alors Deby lui a dit : « c’est toi le vrai chef, pourquoi tu veux mettre en avant des gens qui vivent dans des hôtels 5 étoiles sur votre dos ! ». C’est ainsi que Minni est devenu ce qu’il est aujourd’hui. Le même scénario se répète aujourd’hui avec Mohammadienne. Minni Arkou Minnawi sera bientôt l’arroseur arrosé.

Beremadji Félix
N’djaména


Commentaires sur facebook