Les Brèves de N’djaména: Le régime de l’arbitraire

Il était 23h quand Deby quitte la place mortuaire (de son neveu tué par son autre neveu) et se dirige vers la Gendarmerie nationale; une fois à l’intérieur de celle ci, il demande à ce qu’on ferme la porte derrière lui et décide de faire un recensement séance tenante. « Son recensement » terminé, il déclare solennellement qu’il ne reconnaitra comme gendarmes que ceux qu’il vient de recenser et quitte le lieu tranquillement.

Ainsi va le Tchad de Deby; des décisions hâtives et injustifiées basées sur un processus arbitraire. Les décisions concernant le fonctionnement de l’État si État il y a, dépendent uniquement de l’humeur et de la sobriété de Deby. Voilà pourquoi nous sommes classés derniers parmi les nations du monde dans tous les domaines sociaux économiques.
Il y a des signes de fin de régime qui ne trompent pas.

La redaction


Commentaires sur facebook