Tchad: La Banque Mondiale se retire du projet pétrolier de Doba – Rfi

La Banque Mondiale se retire du projet pétrolier de DOBA au Tchad. L’institution financière a exigé du gouvernement tchadien qu’il rembourse la totalité de ce qu’il devait encore à l’institution financière internationale, soit 66 millions de dollars. C’est la fin de l’implication de la Banque Mondiale qui avait cautionné ce projet pétrolier depuis sa création en 2001. La Banque Mondiale affirme qu’il ne s’agit pas d’une rupture mais d’une refonte complète de ses relations avec N’Djaména.

Officiellement, la Banque Mondiale ne parle pas de rupture, mais dans les faits, c’est bel et bien de cela qu’il s’agit.

L’institution de Bretton Woods quitte le projet pétrolier de Doba dans lequel elle était impliquée depuis 2001, un projet qu’elle a financé et cautionné et qui permet aujourd’hui au Tchad de tirer un milliard et demi de dollars de revenus annuels grâce au pétrole.

N’Djamena a donc dû rembourser, le 5 septembre dernier, les 66 millions de dollars qu’elle devait encore à la Banque Mondiale dans ce projet.

Pour la Banque Mondiale, le message est clair et sans appel: l’accumulation du non respect par le Tchad des clauses de cet accord pétrolier de Doba était devenue insupportable. « C’est notre crédibilité que nous sommes en train de jouer », dit-on au siège de la Banque à Washington.

Michel Wormsseur, directeur de la Stratégie et des Opérations à la Banque mondiale
« Les accords avec le Tchad ne fonctionnaient pas… Le souhait de la Banque mondiale n’est pas de sortir du Tchad, mais de contribuer à éradiquer la pauvreté dans ce pays… Nous n’avons pas suspendu nos relations avec le Tchad, c’est l’accord pétrolier qui n’a plus cours…».

Les surfacturations dans les infrastructures, le détournement de fonds et l’utilisation de l’argent du pétrole à des fins militaires, rien ne pouvait échapper aux yeux de la Banque Mondiale. Robert Zoellick, son patron, a donc décidé de ne plus cautionner un accord pétrolier qui ne fonctionnait pas.

C’est un échec pour le gouvernement tchadien, qui brouille davantage encore son image sur la scène internationale. Mais c’est un échec aussi pour la BM qui avait fait de ce projet un exemple pour le reste du continent.

Ousmane Matar Breme, ministre tchadien de l’Economie et du Plan

« Le Tchad n’a aucunement décidé de rompre ses relations avec la Banque mondiale. Il y a eu des incompréhensions au sujet de la réforme de la loi sur les revenus prétroliers…nos partenaires ont décidé de ne plus participer à cet accord pétrolier. Nous ferons tout pour poursuivre la coopération hors secteur pétrolier ».


Commentaires sur facebook