L’Europe réaffirme le retrait de l’EUFOR du Tchad et de Centrafrique comme prévu – Xinhua

L’Union européenne (UE) a réaffirmé, mercredi lors d’une réunion du Conseil de sécurité des Nations Unies, sa décision de retirer le 15 mars 2009 tous les plus de 3 300 soldats de l’EUFOR du Tchad et de Centrafrique, comme prévu.

L’EUFOR est déployée depuis six mois, avec le mandat du Conseil de sécurité de l’ONU, dans ces deux pays d’Afrique centrale en proie à la guerre. Depuis lors, l’EUFOR a mis en oeuvre, au profit des organisations humanitaires, des mesures de protection pour améliorer l’accès humanitaire et stabiliser l’Est du Tchad ainsi que le Nord de la Centrafrique.

Le ministre belge des Affaires étrangères Karel de Gucht a souligné, à l’occasion de la session du Conseil de sécurité, que l’EUFOR a été conçue comme une mission de transition. Il a réaffirmé la nécessité de remplacer l’EUFOR par une force militaire de l’ONU, « dans le cadre d’un renforcement de la Mission de l’ONU en Centrafrique et au Tchad (MINURCAT) ».

« Il est important que les planifications pour cette force de l’ONU puissent commencer dès maintenant, pour permettre un transfert d’autorité efficace au 15 mars 2009 » entre l’EUFOR et une présence multidimensionnelle, a dit M. de Gucht.

Selon l’UE, la rébellion et la guerre qui se passent au Tchad et en Centrafrique sont liées à ce qui se passe dans la région du Darfour, et inversement. Les efforts politiques en cours entre le Tchad et le Soudan voisin vont dans le bon sens et doivent être poursuivis et consolidés, parce que la situation reste fragile, bien qu’elle soit pour l’instant calme.

« Aucune force militaire ne pourra assurer durablement la sécurité, si le contexte politique à l’origine de l’insécurité ne change pas. La communauté internationale doit pour cette raison se pencher également sur les causes profondes de cette insécurité’, a souligné M. de Gucht, en proposant une normalisation des relations entre le Soudan et le Tchad, une résolution de la crise au Darfour, le soutien aux dialogues nationaux au Tchad et en Centrafrique, la facilitation d’un dialogue entre les autorités et les groupes armés au Tchad.

Les rebelles doivent déposer leurs armes et exprimer leurs doléances autrement que par la violence, a dit le ministre belge.

Lors de cette session, le Conseil de sécurité a demandé au secrétaire général d’accélérer le déploiement de la MINURCAT, après avoir approuvé la prorogation de son mandat pour six mois, et exprimé l’intention d’autoriser le déploiement d’une composante militaire des Nations Unies pour succéder à l’EUFOR.

La MINURCAT a été créée par la résolution 1778 du 25 septembre 2007, en concert avec l’Union européenne, afin d’aider à créer les conditions de sécurité suffisantes au Tchad et en Centrafrique pour permettre le retour volontaire des réfugiés et des personnes déplacées, provenant des deux pays et du Soudan voisin.


Commentaires sur facebook