Tchad / Centrafrique / ONU: Des Casques bleus pour remplacer l’Eufor – Rfi

Le Conseil de sécurité a prorogé de six mois mercredi le mandat de la Minurcat, la force de l’ONU chargée dans l’est du Tchad et le nord-est de la République centrafricaine de protéger les civils touchés par le conflit au Darfour voisin. Mais les autorités tchadiennes voient d’un mauvais œil le renforcement des troupes prévu.

Les négociations s’annoncent délicates. La terminologie employée dans la résolution illustre les difficultés qui s’annoncent.

La résolution 1834, adoptée hier soir, précise en effet que le Conseil de sécurité a l’intention d’autoriser le déploiement d’une composante militaire de l’ONU pour prendre la relève de l’Eufor.

L’intention, cela veut dire que la décision n’est pas prise, loin de là même. Les Nations unies souhaiteraient pouvoir déployer environ 6 000 hommes au Tchad et en République centrafricaine. C’est un rapport du secrétaire général qui fait cette recommandation.

Scénario catastrophe

« 6 000 hommes, c’est beaucoup trop », affirme-t-on du côté tchadien. Selon Ahmad Allam-Mi, l’ambassadeur du Tchad auprès des Nations unies, « C’est un dispositif très lourd. Des milliers et des milliers d’hommes dans l’est du Tchad, plus de 6 000, ça fait beaucoup d’hommes. Donc, c’est ce qui nous gêne, c’est-à-dire qu’on a l’impression que l’on cherche à nous forcer la main ».

Le temps presse et il faudra parvenir à un compromis avant le 15 mars 2009, date à laquelle l’Eufor, la Force européenne, pliera bagages. Dans ce contexte, certains diplomates redoutent un scénario catastrophe : l’enlisement des Nations unies des deux côtés de la frontière, au Darfour et au Tchad.


Commentaires sur facebook