Egypte: les 19 otages européens et égyptiens libérés après dix jours de détention – Afp

Les 19 otages européens et égyptiens enlevés il y a dix jours dans le désert du sud-ouest de l’Egypte ont été libérés sains et saufs et font route vers Le Caire, ont indiqué lundi des responsables égyptiens.

« Les otages ont été libérés et sont en bonne santé. Ils doivent arriver à l’aéroport du Caire », a indiqué un responsable égyptien, cité par la télévision.

La moitié des ravisseurs ont été « liquidés », a déclaré lundi le ministre égyptien de la Défense, Hussein Tantawi.

Par ailleurs, aucune rançon n’a été versée pour la libération des 19 otages, a rapporté la télévision publique égyptienne, citant un responsable.

Selon les services de sécurités égyptiens, les 11 touristes italiens, allemands et roumain et leurs huit accompagnateurs égyptiens sont acheminés vers la capitale égyptienne à bord d’un avion militaire et sont attendus à l’aéoroport militaire d’Almaza, proche de l’aéroport international du Caire.

Leur arrivée est prévue dans l’après-midi, selon une responsable du ministère du Tourisme, Omayma al-Husseini.

Le groupe, enlevé le 19 septembre lors d’un safari en 4X4, comprend cinq Italiens, cinq Allemands et une Roumaine ainsi que huit Egyptiens: deux guides, quatre chauffeurs, un garde-frontière et le directeur de l’agence organisatrice du safari.

A Bucarest, le Ministère des Affaires étrangères roumain a confirmé par le biais d’un communiqué la libération des otages et annoncé de plus amples informations dans le courant de la journée.

Le ministre italien des Affaires étrangères, Franco Frattini, en visite à Belgrade, a lui aussi confirmé la libération des otages, selon la télévision Sky TG 24.

« Nos compatriotes sont libres et ils se trouvent avec les forces égyptiennes », a déclaré à la presse le ministre, cité par la journaliste de Sky TG 24 qui l’accompagne à Belgrade.

En revanche, un porte-parole du ministère allemand des Affaires étrangères a refusé de confirmer la nouvelle. « Ces informations sont à savourer avec prudence. S’il y a des bonnes nouvelles à communiquer, nous serons les premiers à le faire », a-t-il dit.

Peu avant la libération des otages, un responsable des services de sécurité égyptiens avait déclaré à l’AFP que les ravisseurs avaient accepté de les relâcher contre une rançon, avant l’intervention de l’armée soudanaise qui a tué dimanche six ravisseurs.

« Le problème était résolu. Ils (les ravisseurs) avaient accepté (le montant proposé pour) la rançon. Il ne restait plus qu’à accueillir les otages, mais après, cette surprise est survenue », avait déclaré ce responsable sous le couvert de l’anonymat, faisant référence à l’intervention de l’armée soudanaise.

Selon un responsable de la présidence soudanaise, l’armée soudanaise a tué six des ravisseurs et en a capturé deux dans la région frontalière entre le Soudan, l’Egypte et la Libye. Selon un autre responsable soudanais, les otages ont été transportés dans une « cachette » au Tchad voisin, une affirmation démentie par N’Djamena.

Les ravisseurs, dont on ignore l’identité, avaient demandé que l’Allemagne soit seule en charge des négociations, exigeant le versement d’une rançon de six millions d’euros, selon les services de sécurité égyptiens.

On ignore cependant si la somme a été versée.


Commentaires sur facebook