Les otages enlevés en Egypte sont libres, sains et saufs – Reuters

Les onze touristes occidentaux et leurs huit accompagnateurs égyptiens enlevés voici plus d’une semaine en Egypte ont été libérés sains et saufs et sont en route pour Le Caire, rapporte la télévision nationale égyptienne.

A Rome, le ministère italien des Affaires étrangères a confirmé la nouvelle.


Les touristes occidentaux – cinq Allemands, cinq Italiens et un Roumain – avaient selon l’Egypte été enlevés par quatre individus cagoulés alors qu’ils participaient à un safari dans une zone désertique proche de la frontière soudanaise, le plateau de Gilf el Kébir. De là, ils avaient été conduits en territoire soudanais.

Le ministre égyptien de la Défense Mohamed Hussein Tantaoui, cité lundi par l’agence de presse égyptienne Mena, a déclaré au président Hosni Moubarak que la moitié des preneurs d’otages avaient été « liquidés ».

Dimanche, l’armée soudanaise avait annoncé avoir tué six des ravisseurs, dont leur chef tchadien, appelé Bakhit, au terme d’une poursuite en voiture près de la frontière égypto-libyenne. Les otages, avait cependant dit l’armée, se trouvaient au Tchad sous la protection d’une trentaine d’hommes armés. Selon un responsable de la sécurité, les ravisseurs avaient exigé une rançon de six millions d’euros.

Le Tchad a démenti lundi les informations soudanaises ayant fait état de la présence des otages sur son territoire.

« Nous n’avons pas enregistré une telle incursion des ravisseurs et de leurs otages chez nous. Nous démentons catégoriquement ces allégations », a dit à Reuters le ministre tchadien de la Sécurité publique, Ahmat Mahamat Bachir. Il a démenti dans la foulée d’autres affirmations de Khartoum, selon qui le chef de la bande et certains ravisseurs sont tchadiens: « Dire qu’il y a des Tchadiens parmi les ravisseurs n’est pas vrai ».

Les relations entre le Tchad et le Soudan sont envenimées depuis des années par le conflit du Darfour et des rébellions que les deux pays s’accusent mutuellement de soutenir.

Avec Moumine Ngarmbassa à N’Djamena, version française Pascal Liétout, Eric Faye



Commentaires sur facebook