France / Tchad: L’affaire Arche de Zoé embarrasse toujours Paris – Rfi

L’affaire de l’Arche de Zoé a commencé il y a précisément un an. Arrêtés alors qu’ils s’apprêtaient à embarquer 103 enfants tchadiens vers la France, six membres de l’organisation avaient été arrêtés puis jugés. Un second procès les attend en France. Mais la procédure traîne en longueur.

Le procès de l’Arche de Zoé aura-t-il lieu un jour en France ? Un an après l’ouverture d’une enquête pour « exercice illégal de l’activité d’intermédiaire en vue de l’adoption », rien ne permet de l’affirmer.

Quatre personnes ont bien été mises en examen dans ce dossier, parmi lesquelles le président de l’association, Eric Breteau. Mais selon leurs avocats, les éléments à charge sont faibles malgré les neuf tomes de l’instruction. Le dossier contient surtout les auditions des membres de l’association qui devaient accueillir les enfants.

Un dossier encombrant

Certains ont versé jusqu’à 3 000 euros à l’Arche de Zoé pour financer l’opération du Tchad. Ces familles voulaient-elles adopter un enfant ou simplement offrir un hébergement temporaire ? Sur les 280 familles entendues par la justice, cinq seulement ont décidé de porter plainte pour escroquerie.

Les juges devront dire si ces éléments sont suffisants pour justifier un procès. Mais une audience publique pourrait faire ressurgir la dimension politique de cette affaire, et le gouvernement français ne semble pas pressé de faire la lumière sur les relations entre l’Etat et l’Arche de Zoé. L’enquête interne, demandée par le Premier ministre il y a un an, n’a toujours pas abouti.

Tchad – La justice tchadienne avait condamné les membres de l’Arche de Zoé à payer des dommages et intérêts

« On a pris un pourcentage pour donner aux parents, afin de leur permettre de nourrir ces enfants jusqu’à 18 ans. Un autre pourcentage est destiné aux oeuvres communautaires : écoles, dispensaires, etc. La dernière partie, 37%, sera bloquée sur un compte bancaire. Chaque enfant ne pourra y accéder qu’à sa majorité à 18 ans ».


Commentaires sur facebook