Le Sénégal attend des fonds pour juger Hissène Habré – pana

Le ministre sénégalais de la Justice, Garde des Sceaux, Madické Niang, a déclaré vendredi en début de soirée à Dakar que son pays attendait les fonds nécessaires de la communauté internationale pour organiser le procès de l’ancien président tchadien, Hissène Habré, qui vit en exil au Sénégal depuis 1990.

S’exprimant en marge de la cérémonie de clôture de la réunion de l’Organisation pour l’harmonisation en Afrique du droit des affaires (OHADA), il a affirmé que c’est cela qui retarde l’organisation du procès de M. Habré, accusé de violations des droits de l’homme pendant qu’il était au pouvoir.

«Nous voulons réunir les contributions (financières) les avoir en main avant de pouvoir commencer. Nous voulons avoir au moins l’essentiel des contributions ou bien que des pays s’engagent, comme le Tchad, à donner leurs contributions devant l’opinion internationale». a ajouté M. Niang.

«Il faudrait que la communauté internationale, que l’Union africaine (UA) qui nous a donné mandat, nous aident à mobiliser le budget. Rien n’est fait aujourd’hui et on voudrait que le Sénégal juge Hissène Habré», a-t-il poursuivi.

Il a affirmé en avoir assez et être scandalisé par des «accusations gratuites soutenues par certaines ONG» à l’endroit du Sénégal.

«Nous avons fait tout ce qui nous revient. Toutes les modifications sur le plan législatif ont été obtenues», lors de la réunion, en juillet dernier, de l’Assemblée nationale et du Sénat du Sénégal.

Le ministre sénégalais a rappelé que les juges devant s’occuper de l’affaire Habré ont été déjà nommés, ainsi qu’un coordonnateur et l’installation d’un comité de suivi.

M. Niang a affirmé que le Tchad n’a pas encore remis les deux milliards de francs CFA de contribution qu’il avait promis.

Il a souligné qu’en cas de difficulté de financement du procès, le Sénégal va se référer à l’UA qui l’avait mandaté en juillet 2006 pour juger l’ancien président tchadien.

«L’UA ne s’occupe même pas du mandat qu’il a donné au Sénégal. Elle ne nous a pas écrit une seule lettre pour s’informer de l’état d’avancement du dossier», a déploré le ministre sénégalais.


Commentaires sur facebook