Tchad/vie chère: le "tintamarre" de casseroles annoncé n’a pas été entendu – Afp

Le « tintamarre » de casseroles auquel avait appelé la semaine dernière l’opposition pour protester contre la cherté de la vie et dénoncer des mesures « anti-sociales » au Tchad n’a pas été entendu, selon des habitants de N’Djamena interrogés lundi par l’AFP.

L’appel de la Coordination des partis politiques pour la défense de la Constitution (CPDC), ayant demandé à taper sur des casseroles vides pendant un quart d’heure à partir de 06H00 du matin du 23 au 25 janvier, « n’a pas été suivi (…) parce que la sensibilisation n’a pas été faite à la base », a déclaré Jean-Marc, étudiant à l’Université de N’Djamena.

Plusieurs autres habitants ont affirmé que le concert de bruit n’avait pas eu lieu.

Un responsable politique a commenté sous couvert d’anonymat: « Les Tchadiens sont un peuple résigné et fataliste, ils ne croient en personne, c’est pourquoi l’opposition n’arrive pas à mener une opération de désobéissance de grande envergure ».

Aucun responsable de l’opposition n’avait pu être joint pour faire un bilan de cette campagne appelée « Opération casseroles vides ».

Selon la CPDC, l’objectif visé était d’obtenir l’annulation par le gouvernement de « décisions anti-sociales comme l’interdiction de vente du charbon de bois et du bois de chauffe qui met dans le désarroi toutes les familles ».

Les autorités ont décrété récemment cette interdiction et recommandé l’utilisation du gaz butane, évoquant la lutte contre la désertification.

Cette mesure a provoqué une raréfaction du charbon et du bois, sources d’énergie utilisées par une large majorité de la population, et conduit à une flambée des prix, selon l’opposition.


Commentaires sur facebook