Tchad / Soudan: Nouvelles accusations de Ndjamena contre Khartoum – Rfi

Ndjamena a accusé, lundi, Khartoum d’être derrière la création de l’Union des forces de la résistance (UFR), la nouvelle alliance rebelle, qui avait annoncé sa naissance mi-janvier avec pour objectif de renverser le président Idriss Deby Itno.

Le Tchad parle de « violation des accords de paix » et promet de ne pas se laisser surprendre « par de telles manœuvres ». Les deux gouvernements s’étaient engagés, à plusieurs reprises, à ne plus soutenir des mouvements rebelles, notamment lors des accords signés à Dakar, à Asmara et à Tripoli.

L’UFR, l’Union des forces de la résistance, regroupe huit des principaux mouvements dissidents et se dit prête à lancer des attaques avec l’objectif de « renverser le régime du président Idriss Deby Itno ». Les négociations préalables ont duré près de cinq mois au Soudan. Selon les rebelles, la fondation de cette union a eu lieu à Hadjer Marfain, une ville qui se trouve à cheval sur la frontière entre les deux Etats, lors d’une réunion qui s’est tenue du 22 au 24 janvier 2009.

Les autorités tchadiennes se montrent parfaitement stoïques après la nomination de Timan Erdimi à la tête de la rébellion. D’ethnie zaghawa comme Idriss Deby Itno, Timan Erdimi, 54 ans, dirige le Rassemblement des forces pour le changement (RFC). Il a été, dans le passé, un proche collaborateur du président tchadien. Pour le ministre tchadien de la Communication, Mahamat Hissène, derrière l’UFR se cache le Soudan qui, selon lui, n’a pas renoncé à sa guerre par procuration contre le Tchad.

Mahamat Hissène, Ministre tchadien de la Communication: « La tenue de cette réunion révèle au grand jour ce que le Soudan est en train de préparer depuis toujours. »


Commentaires sur facebook