Soutien aux rebelles: le Tchad dément les accusations soudanaises – Afp

Le Tchad a « catégoriquement » démenti vendredi les accusations soudanaises qui reprochent à N’Djamena d’avoir apporté un soutien logistique au JEM (Mouvement pour la justice et l’égalité) un mouvement rebelle armé du Darfour (ouest Soudan).

« Le gouvernement du Tchad dément catégoriquement toute implication dans les affrontements internes du Soudan et s’étonne de cette relation que Khartoum essaie d’établir entre le Tchad et des événements dont les leçons ont déjà été tirées au Soudan et les protagonistes clairement identifiés » indique le gouvernement dans un communiqué.

Le ministre soudanais de l’Information, Kamal Obeid, a accusé jeudi l’armée tchadienne d’avoir ravitaillé le Mouvement pour la justice et l’égalité (JEM) à proximité d’El-Facher, chef-lieu du Darfour-Nord, et à Mouhajariya, deux secteurs où des combats ont eu lieu cette semaine entre les rebelles et les forces gouvernementales soudanaises.

Pour N’Djamena, « le régime soudanais, dont les projets de déstabilisation contre le Tchad ont été confirmés par les nouveaux plans dictés à ses suppôts réunis récemment à Khartoum, tente à présent de brouiller les pistes concernant ses desseins belliqueux en donnant une nouvelle interprétation à des incidents armés survenus à son territoire », selon le communiqué.

Le Tchad accuse le Soudan d’être derrière la création de l’Union des Forces de la Résistance (UFR), mouvement réunissant les principales factions rebelles créée le 18 janvier.

Le Tchad et le Soudan, qui entretiennent des relations difficiles, s’accusent mutuellement de soutenir des rébellions chez leurs voisins.

Le Soudan avait rompu en mai ses relations diplomatiques avec le Tchad après une attaque éclair de rebelles du Darfour qui étaient arrivés jusqu’aux portes de Khartoum, affirmant que N’Djamena était derrière ce raid.

Le Soudan et le Tchad ont renoué le 9 novembre leurs relations diplomatiques avec échange d’ambassadeurs.


Commentaires sur facebook