Le rappeur Pif Pikini représentera le Tchad au Festival Gabao à Libreville – Apa

Le rappeur Pif Pikini représentera le Tchad au festival Gabao en juin prochain à Libreville, au Gabon, avec pour objectif de promouvoir de nouveaux talents de hip hop d’Afrique centrale, a appris APA mardi dans la capitale tchadienne.

Du 19 janvier au 27 février dernier, 39 groupes de rap ont pris part à une rude compétition pour désigner le représentant du Tchad à cet important festival de hip hop qu’est Gabao.

C’est finalement le groupe Shifna de Pif Pikini qui a remporté la compétition, coiffant au poteau de grands noms du hip hop tchadien tels Guevara Rajil Fall, Padjiray, Ray’s-Kim, Prince Dee, Teddy Shunshine, Sydney, Phoenix, etc.

De son vrai nom Ndilbé Koriguim, Pif Pikini, la trentaine, s’est révélé comme l’enfant prodige du hip hop tchadien.

De ses débuts en 1996 dans le groupe Yakuza, le jeune Pif Pikini, aujourd’hui à la tête du groupe Shifna, est devenu un véritable phénomène « rappologique ».

Avec ses collègues Guevara Rajill Fall, Ray’s Kim et Padjiray, il fait trembler les scènes « rappologiques » tchadiennes.

Lancé au Tchad au début des années 90, le mouvement hip hop a pris une telle ampleur qu’on peut citer ce pays parmi les grandes nations africaines de ce mouvement.

Beaucoup de jeunes ont tenté, au début, de copier leur compatriote MC Solaar (aujourd’hui français) avant de trouver leur propre chemin.

Même si MC Solaar, de son nom Claude Mbarali, n’a jamais mis pied dans le pays de ses parents, son influence a été déterminante sur le rap tchadien en dehors des rappeurs nigérians et américains.

Le père de MC Solaar, M. Gabriel Mbarali, musicien lui-même, a été longtemps directeur général au ministère tchadien des Affaires sociales.

En désignant Pif Pikini pour défendre les couleurs tchadiennes à Libreville en juin prochain au festival Gabao, le mouvement hip hop tchadien « va faire trembler la scène rappologique gabonaise », a déclaré un membre du jury de sélection à APA.



Commentaires sur facebook