Tchad: Discussions secrètes avec Exxon – Africa Energy Intelligence

Au cours de négociations qui ont eu lieu la semaine dernière, Exxon a accepté de laisser l’Etat vendre une partie de la production de Doba et d’augmenter les royalties.

Depuis l’entrée en production de Doba en 2003, ExxonMobil, qui est l’opérateur des champs, vend toute la production du Tchad, soit 175 000 bpj. N’Djamena réclame en vain depuis plusieurs années de pouvoir vendre une part de ce brut. Selon nos informations, des négociations se sont tenues à Houston, les 15, 16 et 17 mars, entre une délégation tchadienne et une équipe d’ExxonMobil, dont le patron du groupe Rex Tillerson. L’Etat tchadien a obtenu gain de cause et pourra désormais vendre directement quelque 40 000 bpj, soit près d’un quart de la production totale. Cette annonce ouvre pour les traders de nouvelles opportunités. C’est la Société des hydrocarbures du Tchad (SHT) qui aura, à partir du 1er juillet, le mandat de vendre ce volume. ExxonMobil a également concédé une augmentation des royalties dues au Tchad, qui passeraient de 17,5% à 19,5%. Cette dernière mesure serait instaurée dès 2009, à la condition que le cours du baril reste pendant six mois consécutifs au-delà de 70 $, sinon elle entrerait en application au plus tard au 1er janvier 2010.

Le Tchad a décidé de négocier avec Exxon à un moment où le marché est assez défavorable aux pays producteurs du fait d’un cours atone du baril (40-45 $). Cependant, le président tchadien Idriss Déby Itno a besoin d’argent pour faire face à la menace des rebelles dirigés par Timan Erdimi à l’est du pays. Du côté d’Exxon, la facilité avec laquelle la major a accordé ces avantages au Tchad résulte en partie d’un accord tacite d’octroi futur de nouveaux permis (en particulier Guéra), ainsi que le droit de regard sur les compagnies s’implantant au Tchad. Déjà en 2005, l’augmentation des royalties de 5 points avait été conditionnée de façon informelle par ExxonMobil au départ de Petronas.



Commentaires sur facebook