Au Tchad, fin de cavale pour le légionnaire tueur – Libération

Le militaire français qui avait tué quatre personnes mardi, affaibli, a été arrêté par la gendarmerie tchadienne près d’Abéché.

La cavale est terminée. L’état-major des armées a confirmé l’arrestation ce jeudi par la gendarmerie tchadienne du légionnaire qui a tué mardi deux de ses camarades ainsi qu’un soldat togolais et un paysan tchadien.

Le légionnaire «a été formellement identifié par les autorités militaires françaises et se trouve actuellement entre les mains de la gendarmerie tchadienne», a précisé le lieutenant-colonel François-Marie Gougeon. «Il a été retrouvé à quelques kilomètres à l’est d’Abéché, physiquement épuisé, et a reçu à boire et à manger.»

Il n’aurait pas opposé de résistance

De source proche du dossier, on indique qu’il n’aurait pas opposé de résistance et aurait été intercepté par une patrouille mixte de la gendarmerie et de l’armée tchadiennes entre 10 h 30 et 11 heures.

La gendarmerie et l’armée tchadiennes ainsi que des militaires de la Force européenne Eufor et de la Mission des Nations unies, épaulés par des hélicoptères, étaient déployés depuis mardi sur le terrain pour retrouver le soldat âgé de 27 ans.

«Ce n’est pas Rambo»

Le terrain au nord d’Abéché, semi-désertique, comprend des collines rocailleuses parsemées d’arbres. «On leur apprend à résister 2-3 jours dans des conditions difficiles et c’est probable donc qu’il puisse mieux résister aux conditions qu’un jeune qui sort de l’université, mais ce n’est pas Rambo ou ce qu’on peut voir dans certains films», avait indiqué un militaire.

Le forcené et les deux autres légionnaires tués, un sergent de 30 ans, Français d’origine guinéenne et un légionnaire de 1ère classe d’origine roumaine, appartenaient au 2e régiment étranger d’infanterie de Nîmes. Ils étaient stationnés au Camp des étoiles, proche de l’aéroport d’Abéché.


Commentaires sur facebook