Tchad: combats au nord de Goz Beïda – Afp

Des combats ont opposé jeudi l’armée tchadienne à la rébellion dans une localité du nord de Goz Beïda (est du Tchad), ont annoncé les deux parties, qui ne disposaient pas immédiatement de bilan mais revendiquaient chacune la victoire.

« Le premier accrochage terrestre vient d’avoir lieu à Am-Deressa, à 10 km au sud d’Am-Dam », et à une centaine de km de Goz Beïda et d’Abéché, a déclaré à l’AFP le porte-parole du gouvernement tchadien et ministre de la Communication, Mahamat Hissène.

L’accrochage a été confirmé à l’AFP par le porte-parole de l’Union des forces de la résistance (UFR, coalition de neuf factions rebelles), Abderaman Koulamallah, qui a précisé qu’il avait été « très violent » et que les combats avaient « duré des heures ».

Les deux parties revendiquaient avoir pris la mesure de l’adversaire.

« Les forces gouvernementales ont pris le dessus et les ratissages continuent », a affirmé le porte-parole du gouvernement, tandis que celui de la rébellion a soutenu le contraire: « Cela a tourné en notre faveur. Les troupes gouvernementales sont en totale débandade ».

Selon Abderaman Koulamallah, les rebelles se déplacent dans « plus de 1.000 véhicules » et occupaient jeudi « totalement Am-Dam ».

Il a par ailleurs fait état de bombardements des troupes de la rébellion depuis mardi par l’aviation tchadienne, dotée notamment de « Sukhoï et d’hélicoptères ».

« Notre défense aérienne fonctionne bien, ce n’est pas un problème. (…) L’objectif reste N’Djamena », a encore dit le responsable rebelle.

Am-Dam abrite la plupart des organisations humanitaires apportant assistance aux réfugiés soudanais, centrafricains et déplacés tchadiens – quelque 450.000 personnes – que l’est du Tchad abrite.

Une source diplomatique avait annoncé à l’AFP que les rebelles étaient entrés à Am-Dam et que certains s’y trouvaient encore mercredi soir. Une autre source avait dit que les troupes rebelles avaient investi Am-Timan (180 km au sud de Goz Beïda) sans rencontrer de résistance.

Les autorités n’ont jusqu’à présent pas commenté ces affirmations.

Dans un message électronique jeudi matin à l’AFP, un responsable de la rébellion avait dit avoir une colonne « aux environs d’Am-Timan », sans fournir plus de détails.

Le gouvernement avait déjà indiqué que l’aviation tchadienne avait bombardé les rebelles mais c’est la première fois qu’elle fait état d’un combat au sol.


Commentaires sur facebook