Paris s’inquiète de la montée des tension entre Tchad et Soudan – Afp

La France a exprimé samedi soir sa préoccupation devant la montée des tensions entre le Tchad et le Soudan, qui a accusé l’aviation de N’Djamena d’avoir mené dans la journée son troisième raid en 24 heures en territoire soudanais.

« La France est préoccupée des tensions croissantes entre le Tchad et le Soudan. Elle appelle instamment les parties à éviter toute escalade », déclaré le ministère français des Affaires étrangères dans un communiqué.

« L’agression se poursuit et la situation s’aggrave », avait déclaré de son côté quelques heures plus tôt Ali Youssef Ahmed, chef du protocole au ministère soudanais des Affaires étrangères.

Vendredi, le Soudan avait parlé d' »acte de guerre » et brandi la menace d’une riposte face à cette violation de sa souveraineté.

Un porte-parole du gouvernement tchadien n’a pas explicitement confirmé les raids aériens mais a réaffirmé le droit de N’Djamena de s’opposer aux attaques des rebelles tchadiens, même en territoire soudanais.

Le général Outhman al Agbach, porte-parole des forces armées soudanaises, n’a pas exclu que les Tchadiens aient bénéficié de l’aide d’une tierce partie pour mener ces raids, allusion probable à la France.

La France compte plus de 2.000 soldats au Tchad dans le cadre des opérations Epervier, Eufor et Minurcat (Mission des Nations unies en République centrafricaine et au Tchad).

Dans son communiqué, le Quai d’Orsay exprime le souhait d’un dialogue entre les autorités de N’Djamena et les « rebelles tchadiens présents au Soudan », conformément à ce qui a été convenu à Syrte, en Libye, sous l’égide du colonel Mouammar Kadhafi.

Il exhorte aussi à la poursuite du processus de paix qui a repris la semaine dernière au Qatar entre le gouvernement soudanais et les rebelles darfouris du Mouvement pour la justice et l’égalité.

Le Tchad et le Soudan s’accusent mutuellement de soutenir leurs mouvements rebelles respectifs.

Les responsables de l’Onu basés au Tchad et au Soudan n’ont pas été en mesure de confirmer les raids tchadiens. L’Unamid, la force de paix de l’Onu et de l’Union africaine au Darfour, devait envoyer une patrouille dans la région samedi pour s’informer.

Quant à la mission des Nations unies au Tchad, elle a décidé de renforcer ses patrouilles dans l’est de ce pays et « suit la situation de très près ».

Le gouvernement de N’Djamena avait annoncé la semaine dernière avoir repoussé dans l’est du Tchad une colonne rebelle


Commentaires sur facebook