Des cartes d’identité délivrées aux réfugiés dans l’est du Tchad, annonce le HCR – Afp

Des cartes d’identité de réfugiés, ont commencé à être délivrées aux Soudanais abrités dans l’est du Tchad, a-t-on appris vendredi auprès du Haut commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR).

L’opération, qui été lancée par une cérémonie symbolique le 1er juin à Gaga, près d’Abéché (est), vise « tous les réfugiés de plus de 18 ans, Soudanais et Centrafricains » abrités dans une douzaine de camps dans l’est du Tchad, a affirmé Serge Malé, chef du HCR au Tchad, joint depuis Libreville.

Ces documents donnent aux réfugiés « une existence légale » et « facilitent leurs mouvements » par rapport aux sauf-conduits précédemment requis pour leur déplacement, a expliqué M. Malé.

Ils leur permettent également l’accès aux soins et au travail.

Le HCR, qui imprime ces cartes d’identité de réfugiés délivrées par le Tchad après « enregistrement et vérification », espère en distribuer « plus de 100.000 » avant la fin de l’année, en collaboration avec la Commission nationale tchadienne pour l’accueil et la réinsertion des réfugiés.

« Le processus de vérification a débuté en mars dans tous les camps », avant d’être interrompu à cause d’une « situation sécuritaire instable » en mai, a indiqué Serge Malé, en référence à l’offensive de rebelles tchadiens venus du Soudan, leur base-arrière, et qui ont été repoussés par l’armée tchadienne après de violents combats dans l’est du Tchad.

Pour ce travail, « on a besoin d’un environnement sécuritaire stable. (…) On espère qu’il n’y aura pas d’autre interruption », a-t-il ajouté.
Depuis l’attaque rebelle, les humanitaires opérant dans la région sont confrontés à des restrictions sécuritaires, selon des organisations sur le terrain, alors que l’armée tchadienne a assuré fin mai continuer à bombarder les positions des rebelles.

D’après le HCR, les convois humanitaires ont été temporairement suspendus le 2 juin, après un bombardement à 2 km du camp de réfugiés d’Oure Cassoni, proche de la frontière soudanaise.


Commentaires sur facebook