Baccalauréat tchadien: Coup de frein à la ruée des Camerounais – pana

De nombreux Camerounais, candidats au baccalauréat tchadien, n’ont pas été autorisés à composer cet examen cette année, a appris la PANA mardi de sources concordantes.

Ces Camerounais candidats au baccalauréat tchadien, pour la plupart élèves et travailleurs dans les secteurs publics et privés, se disent « très déçus » par cette mesure.

Depuis quelques années, on assiste à une ruée des Camerounais vers le Tchad et la Centrafrique voisins, pour y passer les examens du baccalauréat, jugés plus faciles que ceux du Cameroun.

« Chacun de nous a dépensé en moyenne 200.000 FCFA, aussi bien pour la composition du dossier, le transport, la restauration que pour l’hébergement », se plaint Alain Nanga, un des candidats récalés.

Charlotte T. Liyégop, malheureuse candidate, tente de comprendre cette « disqualificaton automatique » à laquelle « personne ne fournit des explications ».

« Depuis que nous avons déposé les dossiers de candidateure, en janvier dernier, à l’ambassade du Tchad à Yaoundé (capitale du Cameroun), les autorités tchadiennes du ministère de l’Education ne nous ont rien dit. Nous étions surpris, une fois à Ndjamena (capitale du Tchad), dans les différents centres d’exament, de ne pas retrouver nos noms sur les listes des candidats autorisés à composer », a-t-elle précisé.

Il y a quatre ans, les statistiques estimaient à environ 24.000 le nombre de Camerounais candidats au seul baccalauréat tchadien.

Sans doute, pour réduire cette ruée des Camerounais, les gouvernements camerounais et tchadiens ont signé depuis deux ans, une convention exigeant de tout Camerounais candidat au baccalauréat tchadien, la présentation du certificat de probation, plus connu sous le nom de « Probatoire » ou « première partie du baccalauréat ».

Cette mesure a permis, selon les responsables du ministère camerounais des Enseignements secondaires (MINESEC), de réduire considérablement les effectifs des candidats camerounais au baccalauréat tchadien, pour le situer à environ 3 000 en 2009.


Commentaires sur facebook