Communiqué de presse officielle de l’UFR

Le régime de N’djaména dans un simulacre de réunion exhibe des jeunes présentés comme des enfants-soldats qui seraient issus de la résistance nationale et fait prisonniers lors des dernières combats d’Am Dam.

Comme le ridicule ne tue il invite à grandes pompes les organisations internationales dans le but de discréditer notre combat pour le changement.

L’UFR dément catégoriquement l’existence dans ses rangs des enfants-soldats qui pullulent plutôt dans les rangs de l’armée gouvernementale. En effet le gouvernement tchadien à plusieurs fois été condamnés officiellement par l’ONU, les organisations des droits de l’homme et les ONG pour l’enrôlement de ces enfants-soldats dans l’armée tchadienne.

Le gouvernement de Deby a d’ailleurs pris plusieurs fois des engagements pour libérer ces jeunes gens et qui sont restés bien entendu sans suite.
L’opposition armée tchadienne n’a rien à avoir avec ce simulacre de présentation qui ne trompe plus personne.

Dans le même temps et pour couronner le tout, le gouverneur de la région du Salamat présente des armes soi-disant saisies dans les mains de l’UFR.

Ces armes présentées étaient encore dans leur emballage d’origine et flambants neufs. Il est curieux de tenter de faire croire que la résistance nationale engage des opérations militaires contre les troupes gouvernementales sans déballer ses armes et en conservant leur emballage d’origine pour une éventuelle saisie par l’armée de Deby.

Le dictateur continue à prendre les tchadiens et la communauté internationale pour des imbéciles et croit pouvoir leur faire avaler toutes les grossièretés.

Il est clair que ces armes encore neuves sorties tout droit des magasins de l’armée tchadienne et les jeunes gens recrutés pour le besoin de la cause participent d’une large campagne de dénigrement de la lutte que nous menons.

Nous ne renoncerons jamais à mettre fin à la dictature et au despotisme et instaurer dans notre pays une société conforme aux aspirations de notre peuple.
Les Tchadiens doivent savoir que rien n’est fini et que nous chasserons Deby et sa clique pour que chacun de nous trouve la quiétude et notre pays sa cohésion.

Hadjar Marfaine le 13 juin 2009

ABDERAMAN KOULAMALLAH
PORTE PAROLE D L’UFR


Commentaires sur facebook