La Valbonne : 200 soldats déployés au Tchad – Le Progrès

Le 68e régiment d’artillerie d’Afrique rejoint cet état voisin du Soudan dans le cadre d’un « accord de coopération » avec le régime d’Idriss Déby. Le colonel Boileau y assurera le commandement

Pour le colonel Boileau, chef de corps du 68e régiment d’artillerie d’Afrique (RAA) du camp de La Valbonne, 2009 restera gravée dans les mémoires du bataillon comme une « année riche ». Celle du 68e anniversaire de ce régiment créé en 1941, et engagé sur tous les théâtres d’opérations militaires françaises à l’étranger (Kosovo, Liban, Afghanistan). Mais aussi, une année marquée par l’envoi de 200 soldats en renfort de « l’opération Epervier », au Tchad, lancée en 1986. « Il est inédit que le chef de corps parte en opération avec le régiment et des unités d’autres corps (infanterie, cavalerie). Cela n’était pas arrivé depuis 1945 », souligne de colonel Boileau, décollant avec une partie des troupes cette fin de semaine (des soldats du 68e RAA sont déjà sur place depuis « 15 jours »).

Ce dernier sera ainsi à la tête du Groupement Terre « Epervier », fort de 500 soldats. Au cœur d’une région particulièrement instable, notamment de par la proximité du Tchad avec le Soudan, où un conflit ensanglante la région du Darfour depuis six ans. « Les problèmes du Tchad sont liés aux problèmes du Soudan. Il n’y a pratiquement pas de frontières », explique le colonel. « Chaque année, le pays est le théâtre d’une tentative de coup d’Etat ». Dernières en date : mars 2008 et mai 2009. Sur le terrain, les troupes françaises mènent une triple mission : défense de la zone aéroportuaire de la capitale N’Djaména, évacuation des ressortissants étrangers et coopération avec le régime du président Idriss Déby. Les militaires y sont déployés dans trois zones : principalement N’Djaména, Abéché (Est) et Faya-Largeau (Nord). Au camp de La Valbonne, le régiment a suivi un « entraînement en plusieurs phases ». Premièrement, une « préparation individuelle » composée de tir, secourisme de combat, connaissance du théâtre des opérations et aguerrissement physique. Un autre volet s’est concentré sur l’entraînement collectif. En tout, « quatre à cinq mois » de préparation. En l’absence du colonel Boileau, l’intérim est assuré par le lieutenant-colonel Robert, avant la prise de commandement du colonel Kunzelman, le 3 juillet. Au Tchad, la mission durera quatre mois. A son issue, le colonel Boileau montera à Paris, à l’Etat-major des armées, pour se charger de la politique des ressources humaines. Ce dernier tient à mettre en avant le « respect » et la « fidélité » qu’il éprouve pour ce corps, où il a passé « les plus belles années de ma carrière ». Dans les mois à venir, l’actualité du 68e RAA sera marquée par de nouveaux déploiements sur les théâtres d’opérations : Nouvelle-Calédonie (octobre), La Réunion (février), Djibouti (mai), et Afghanistan (juillet). Le régiment défilera à Paris le 14 juillet prochain, avec ses huit Caesars (camions équipés de systèmes d’artilleries), ses unités de renseignements et drones.


Commentaires sur facebook