Garde à vue au Tchad pour un ex-détenu de Guantanamo pourtant innocenté – Afp

Un ex-détenu de Guantanamo à la double nationalité tchadienne et saoudienne, innocenté par un juge américain et transféré il y a une semaine au Tchad, est depuis maintenu en garde à vue par la police à N’Djamena, a-t-on appris jeudi auprès du gouvernement.

« On nous a balancé une personne sans aucun document, aucun papier sur lui, ni même de papier de justice. Nous ne savons pas sur quelle base juridique il a été libéré », a déclaré à l’AFP le ministre tchadien de l’Intérieur et de la Sécurité Ahmat Mahamat Bachir.

Il a expliqué que Mohammed al-Gharani, arrivé au Tchad le 11 juin, était en garde à vue à la police de la capitale tchadienne mais « pas en prison ».

« Nous sommes en train de mener nos propres investigations et de vérifier sa nationalité tchadienne », a-t-il assuré.

Arrêté à l’âge de 14 ans par les Américains, Mohammed al-Gharani avait été innocenté par un juge fédéral le 14 janvier après avoir passé sept ans à Guantanamo.

Dans un communiqué, l’association britannique Reprieve, qui assiste des détenus de Guantanamo, se dit « consternée » par « l’incarcération inexplicable par le gouvernement tchadien du prisonnier +libéré+ de Guantanamo Mohammed al-Gharani ».

Elle demande qu’il soit « immédiatement remis à sa famille ».

D’après cette organisation, Mohammed al-Gharani avait été « vendu à l’armée américaine à seulement 14 ans » avant d’être reconnu innocent et « enfin libéré la semaine dernière par l’administration Obama ».

« Sept jours après avoir quitté Guantanamo, Mohammed est toujours détenu par la police au Tchad – sans perspective de libération », dénonce Reprieve.

« La détention de Mohammed va même à l’encontre de la loi tchadienne, qui n’autorise pas de maintenir quelqu’un en garde à vue plus de 48 heures sans l’inculper », affirme dans le communiqué un avocat de l’association Ahmed Ghappour.


Commentaires sur facebook