Evacuation d’enfants: Paris a tout fait pour empêcher l’opération (Rama Yade) – Afp

La secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères et aux droits de l’homme Rama Yade a assuré vendredi que les autorités françaises avaient « tout fait » pour tenter d’empêcher les responsables de l’opération d’évacuation d’enfants du Darfour à partir du Tchad de réaliser leur projet.

« On a fait tout ce qu’on avait à faire pour interdire, pour empêcher cette opération. Après, ils l’ont menée de manière clandestine, sans avoir prévenu personne, sans l’aval des autorités« , a-t-elle déclaré à France 2.

« On a saisi la justice pour l’alerter sur cette situation, le ministère de l’Intérieur, de l’Immigration, les préfets etc« , a ajouté la secrétaire d’Etat.

« Tout a été fait au niveau du Quai d’Orsay pour les prévenir. Ils n’ont pas écouté et ils ont monté cette opération illégale et irresponsable« , a-t-elle ajouté dans un autre entretien télévisé accordé à France 3.

Durant l’été le ministère des Affaires étrangères « s’est manifesté pour leur dire +halte là+. Moi-même j’avais fait recevoir le président de cette association au Quai d’Orsay pour qu’il s’explique. On n’a eu aucune information claire et plausible. A partir de là on lui a fortement déconseillé de monter cette opération« , a-t-elle ajouté.

Mme Yade a également indiqué qu’elle avait reçu vendredi des familles qui espéraient recevoir des enfants de la part de l’association à l’origine de ce projet, l’Arche de Zoé.

« J’ai l’impression que ces familles sont de bonne foi et qu’elles ont été abusées par les responsables de cette association« , a déclaré la secrétaire d’Etat.

Mme Yade a ajouté que Paris s’assurait que les neuf Français arrêtés jeudi dans l’est du Tchad alors qu’il s’apprêtaient à embarquer en avion avec 103 enfants sont en « bonne santé et bien traités ».

Toutefois « la justice française est saisie du dossier ainsi que la justice tchadienne et nous laisserons cette opération aller jusqu’au bout« , a-t-elle souligné.

Des responsables de l’Arche de Zoé ont assuré vendredi que le gouvernement français avait exprimé des réserves sur l’opération, mais n’avait jamais clairement interdit cette opération.


Commentaires sur facebook