Tchad: l’équipage espagnol de l’avion devant transporter les enfants détenu – Afp

L’avion qui devait transporter en France une centaine d’enfants touchés par les violences dans l’est du Tchad et au Darfour (Soudan) est espagnol et ses sept membres d’équipage sont détenus par les autorités tchadiennes, a annoncé vendredi Girjet, propriétaire de l’avion.

« Gestion Aerea Ejecutiva (Girjet), compagnie de charter espagnole, a été engagée par le courtier aérien Cargo Leasing, de nationalité française, agissant comme intermédiaire pour l’ONG Arche de Zoé/Rescue Children, pour transporter des enfants de la République du Tchad à Vatry (France), pour des raisons médicales », a affirmé l’entreprise, basée à Barcelone, dans un communiqué reçu par l’AFP à Paris.

« Ce vol a été organisé avec les autorisations des aviations civiles françaises et tchadiennes, qui précisaient le motif du vol« , a-t-elle ajouté. Girjet a assuré qu’elle restait en contact avec le ministère espagnol des Affaires étrangères, ainsi qu’avec les autorités françaises.

« En dépit de cela, la compagnie aérienne, tout comme les familles (de l’équipage) n’ont reçu aucune information« , a dénoncé Girjet. « Notre équipage se trouve toujours au Tchad, dans des conditions très difficiles, et il nous envoie des appels au secours, en raison de la gravité de la situation« , a souligné la compagnie.

« Aucune charge n’a été retenue contre l’équipage, qui reste détenu, privé de ses biens personnels, et sous la menace permanente des forces de sécurité« , a-t-elle poursuivi.

Le Tchad a accusé vendredi d' »enlèvement pur et simple » les responsables de cette opération avortée qui visait à emmener en France une centaine d’enfants.

Neuf Français, des membres de l’ONG l’Arche de Zoé à l’origine de cette opération controversée et trois journalistes, interpellés jeudi à Abéché, principale ville de l’est tchadien, étaient toujours en garde à vue vendredi, sans toutefois être formellement inculpés.

Le président tchadien Idriss Deby Itno a promis vendredi que « les auteurs (de l’opération) seront sévèrement sanctionnés« .

Selon lui, les enfants « enlevés » ne sont pas orphelins, contrairement à ce qu’affirme l’association Arche de Zoé. Ils allaient être emmenés en France « contre le gré de leurs parents », a insisté le président Deby.

« Est-ce que c’est pour les vendre ou les tuer et enlever leurs organes?« , s’est-il encore interrogé.

Les enfants, âgés d’un à huit ans, sont en « excellente santé » selon l’Unicef, pour qui « la grande majorité » d’entre eux « sont originaires du Tchad » et non du Darfour.

Quelque 300 familles, principalement françaises, ont versé entre 2.800 et 6.000 euros pour recevoir un enfant du Darfour dans le cadre de cette opération, a-t-on affirmé de source diplomatique à Paris.


Commentaires sur facebook