Les Brèves de N’djaména : Médiation à la Deby

Deby et son Médiateur national ont une conception très anachronique de l’opposition politique et surtout des négociations. Depuis un bon moment le Médiateur National sillonne la terre à la rencontre des opposants qu’il juge prêts à regagner le bercail. Mais le langage ne change ni avec l’interlocuteur ni avec le lieu : un monologue gratté et désuet : « mon frère, allons directement à N’djaména. Tu vas parler les yeux dans les yeux avec le Président. Tu étais même son compagnon ou parent (c’est selon). Vous allez ainsi discuter terre à terre. Tu lui poseras personnellement tes conditions et je suis sûr que vous allez vous entendre. Moi, je ne peux prendre aucun engagement, ni discuter des conditions, allons voir le PR ».

C’est le refrain servi à tout le monde sans exception, à ceux de Paris, de l’Afrique de l’Ouest, de l’Est du Tchad, de la Libye, etc. Beaucoup ont rejeté ces genres d’approche, y compris le groupe de Soubiane lors de la première rencontre de Tripoli. Mais le régime de N’djaména ne connait pas d’autres façons de négocier et le groupe de Soubiane est obligé d’y revenir et écouter le même refrain. Il y a certes des rencontres devant témoins, mais c’est du bluff, il n’y a pas des négociations, la preuve, l’Ambassadeur du Tchad à Tripoli, Daoussa Deby n’a même pas daigné prendre part aux rencontres. Il vient d’arriver à Paris en voyage de noces alors que les envoyés de N’djaména sont encore sur place. In fine dans les jours qui viennent Abderrahmane Moussa va repartir à N’djaména avec dans sa sacoche Soubiane et son groupe. Fin de l’aventure.

Deby est il en train de couper les branches sur lesquelles il est assis ? On n’arrive pas à cerner s’il s’agit de la témérité ou tout simplement de l’inconscience. Dans sa politique de destruction nationale, Deby a bénéficié et continue d’avoir le soutien de deux alliés de taille : la Libye de Kadhafi et la France du duo Sarkozy/ Kouchner. On se rappelle qu’en février 2008, ces deux pays ont conjugué leurs efforts pour défaire les rebelles. Depuis les deux pays sont sur la même longueur d’onde pour tout ce qui concerne la protection du régime de Deby. Alors quelle mouche a piqué le protégé pour s’en prendre aux protecteurs ? Deby a carrément qualifié le Président français de menteur, en direct sur la chaine France 24. Avec l’allié libyen, c’est même plus grave : il vient de prendre langue avec l’ennemi n°1 du Guide libyen, le Cl Khalifa Aftar. Les mauvaises langues disent que, Deby étant un fin stratège, aurait compris que la Libye est en train de basculer petit à petit dans le camp soudanais et en brandissant le Cl Aftar, il faut un bon chantage.


Deby est encore parti plus loin avec le Guide libyen. On se souvient que sur proposition de ce dernier l’AU a décidé de ne pas collaborer avec la CPI ; Deby, d’un revers de la main a déclaré « cette décision n’a aucune base juridique ni diplomatique et le Tchad ne s’en sent pas lié », un vrai affront au Guide. La fuite en avant de Deby ne s’arrête pas seulement à ces deux alliés. Il a d’ailleurs presque coupé avec l’UA et surtout avec les Chefs de la CEMAC.

Au cours d’une conversation avec ses bouffons, il a juré qu’il va empêcher les réélections des Présidents Denis Sassou Nguesso et François Bozizé. Echec cuisant en ce qui concerne le premier, on attend de voir pour le second. Pour le moment, apparemment Deby a des nouveaux alliés plus sûrs et plus fiables : les pétrodollars.

Beremadji Félix
N’djaména


Commentaires sur facebook