Oléoduc Tchad-Cameroun: les mesures de la Banque mondiale inefficaces ) Afp

Quatre ONG américaine, camerounaises et tchadienne ont estimé vendredi que l’oléoduc construit entre le Tchad et la côte camerounaise a appauvri les populations riveraines de l’ouvrage malgré des mesures prises par la Banque mondiale, dans un communiqué conjoint obtenu par l’AFP.

« Les moyens de subsistance » des populations ont été « durablement hypothéqués en de nombreux endroits » le long de l’oléoduc « sans réparation efficace« , ont affirmé Environmental Defense (Etats-Unis), Public Interest Law Firm (Tchad), le Réseau de lutte contre la faim et le Centre pour l’environnement et le développement (Cameroun).

Construit entre 2000 et 2003, l’oléoduc Tchad-Cameroun relie sur 1.070 km les champs pétrolifères de Doba, dans le sud-ouest du Tchad, au terminal maritime camerounais de Kribi, dans le sud-ouest du pays.

Financé en partie par la Banque mondiale, le projet était censé réduire la pauvreté au Tchad, où plus de 80% de la population vit avec moins d’un dollar par jour.

En 2008, la banque s’était retirée du projet au Tchad pour protester contre la violation par N’Djamena des accords prévoyant notamment l’octroi d’une partie des revenus pétroliers « aux générations futures« .

Si le Tchad a gagné en cinq ans plus de trois milliards d’euros grâce au pétrole, « la multiplication des puits pétroliers » dans le sud prive « les communautés de terres fertiles, accentuant ainsi la pauvreté rurale dans cette région, (…) mamelle nourricière du pays« , ont souligné les ONG.

Selon elles, la mise en oeuvre des mesures prises pour limiter les impacts sociaux et environnementaux du projet « est restée des plus limitées ».

« Aujourd’hui, les institutions directement chargées du suivi du respect des engagements pris (…) en matière sociale et environnementale battent de l’aile, quand elles n’ont pas simplement disparu« , ont relevé les ONG.

Elles s’inquiètent des conséquences de cette « faillite » alors que d’autres projets de construction d’infrastructures et d’extraction de ressources minières sont en vue dans les deux pays.


Commentaires sur facebook