Tchad : Système d’information sur la sécurité alimentaire/système d’alerte précoce – Relief

Une campagne 2009-2010 difficile en perspective

Le démarrage de la campagne hivernale au Tchad se heurte à un problème de retard et de ruptures prolongées des précipitations aussi bien en zone soudanienne qu’en zone sahélienne.

Cette situation est corroborée par les prévisions saisonnières du Centre Africain des Applications Météorologiques pour le Développement (ACMAD) qui se révèlent assez mitigées. Les perspectives de récoltes et de pâturages seraient moyennes, voire en dessous de la moyenne, à condition qu’il n’y ait pas de rupture trop longue des pluies. Or, cette situation de rupture et de retard s’est déjà présentée, et a conduit à une forte mortalité du bétail en zone sahélienne et à des pertes de semis en zone soudanienne.

Au Tchad comme dans la plupart des pays du CILSS, c’est le Groupe de Travail Pluridisciplinaire (GTP) regroupant les structures techniques des Ministères du développement rural, qui assure le suivi de la campagne agricole. Il dispose cependant de peu de moyens et les relevés pluviométriques par exemple ne sont assurés que pour une station sur trois, soit parce que les pluviomètres sont tombés en panne, soit parce qu’il n’y a pas d’agents capables de collecter la donnée et de la faire remonter.

La pluviométrie cumulée au 30 juin est inférieure dans la plupart des localités à la moyenne de celle observée au cours des trois dernières campagnes. Le graphique ci-dessous présente la situation pluviométrique dans quelques localités au 30 juin.

Les déficits de pluviométrie cumulée par rapport à 2008, sont relativement importants. A l’exception de Bongor qui a bénéficié d’une hausse de 10%, la zone soudanienne a enregistré entre 18 et 32 % de baisse par rapport à la moyenne des trois dernières années, tandis que la zone sahélienne subit un manque de précipitations qui va de 4 % à Mongo, à 92% à Abéché pour la même période.


Commentaires sur facebook