Otage français : les explications d’un ravisseur présumé – Rfi

Laurent Maurice, l’employé du CICR kidnappé lundi soir dans l’est du Tchad, est toujours aux mains de ses ravisseurs. RFI a pu entrer en contact avec l’un des preneurs d’otage présumés. Selon les autorités tchadiennes, Laurent Maurice aurait été emmené au Soudan, mais cette information n’est pas confirmée de source indépendante. Ces dernières semaines, les agressions contre les humanitaires se sont multipliées.

L’homme dit s’appeler Ibrahim Jana et prétend être tchadien. Il se présente comme l’un des ravisseurs de Laurent Maurice, l’agronome français du CICR kidnappé le lundi 9 novembre à Kawa, dans l’est du Tchad.

Joint par RFI, il détaille les raisons de l’enlèvement et ses revendications :

«Le Français expliquait aux populations tchadiennes que la religion chrétienne est meilleure que la religion musulmane. Cela crée des problèmes parmi les populations et c’est inacceptable. Nous ne voulons pas d’argent. Nous voulons seulement dire au président français que quand un Français vient au Tchad, il doit faire son travail et ne pas s’occuper de politique car cela crée d’énormes problèmes. Les humanitaires ne doivent pas faire la promotion du christianisme. Je le redis encore une fois : nous ne voulons pas d’argent.»

Dans les faits, les exigences des ravisseurs sont plus matérielles. De bonne source, les preneurs d’otages auraient demandé le paiement d’une rançon d’un million d’euros pour relâcher l’employé du CICR.


Victor Angelo, patron de la Mission des Nations Unies dans l’est du Tchad : La situation à l’est du Tchad est complexe… au centre elle s’est fortement aggravée… il y a à cela plusieurs raisons…


Commentaires sur facebook