Le gouvernement tchadien contre l’audition d’un septième ministre – Apa

Le gouvernement tchadien a refusé l’audition du ministre des infrastructures, M. Adoum Younousmi, par un juge d’instruction, dans le cadre du scandale financier qui a éclaté au ministère de l’Education nationale, a appris APA.

Numéro deux du gouvernement, M. Younousmi allait être le 7ème membre du gouvernement entendu par la justice en raison de sn implication présumée dans une affaire de marché fictif portant sur une commande non exécutée d’achat de manuels scolaires au ministère de l’éducation.

A l’issue du conseil de ministres réuni vendredi à N’Djamena, le gouvernement a refusé qu’un 7ème de ses membres, notamment le ministre des infrastructures, soit auditionné par un juge d’instruction.

Il y a une dizaine de jours, le gouvernement avait autorisé que six de ses membres, dont les ministres de l’Education et de la santé ainsi que le secrétaire général de la présidence de la République comparaissent devant le juge d’instruction en charge du scandale financier au ministère de l’éducation nationale.

Selon le ministre de la communication, porte-parole du gouvernement, M. Mahamat Hissène, le ministre Adoum Younousmi avait lui-même écrit au gouvernement pour demander l’autorisation d’être auditionné suite à une lettre adressée dans ce sens par le juge d’instruction.

« Le conseil des ministres a décidé de ne donner son accord ni à la demande du ministre des infrastructures ni à celle du juge d’instruction », a déclaré le porte-parole du gouvernement, lisant le communiqué du conseil des ministres.

« (…) Les ministres ne voient pas de lien entre les marchés à l’origine de cette affaire et les activités du ministre des infrastructures », a souligné Mahamat Hissène.

Pour s’être interrogé dans sa dernière publication sur la non audition du ministre des infrastructures par le juge, le directeur du journal Notre Temps, Nadjikimo Benoudjita, a été convoqué vendredi par la brigade criminelle de la police judiciaire à la suite d’une plainte en diffamation introduite par M. Younousmi.

Vendredi, plusieurs titres ont consacré leurs « unes » au cas Younousmi, surnommé le « Tout-puissant et « super ministre ».



Commentaires sur facebook