Tchad: l’Unicef "très préoccupé" – Afp

Le Fonds des Nations unies pour l’Enfance (Unicef) au Tchad est « très préoccupé » par la situation alimentaire dans le Kanem et le Bahr-el-Ghazal (ouest), a déclaré aujourd’hui le responsable de cette organisation dans le pays, le docteur Marzio Babille.

« Nous sommes très préoccupés. Selon les autorités, il y a des situations de famine dans certains petits villages et il faut agir vite », a affirmé Dr Babille, de retour d’une mission sur le terrain.

« Il faut accélérer les discussions pour agir vite. Si on ne le fait pas, la situation va empirer. Il faut prévenir une crise. Il me semble impératif que les bailleurs de fonds qui ont l’argent le rendent disponible dans des délais réalistes (…). C’est une nécessité », a-t-il précisé.

Selon des chiffres de l’Unicef, quelque 2.200 enfants du Kanem et du Bahr-el-Ghazal, d’une population d’un peu moins de 500.000 habitants, sont en situation de malnutrition « sévère » et un peu plus de 13.000 dans une situation de malnutrition « modérée ».

En septembre 2008, une étude d’Action contre la Faim (ACF) a montré que le taux de malnutrition aiguë globale était supérieur à 20% alors qu’on estime qu’il ne doit pas dépasser 15%. « Or, entre décembre 2008 et août 2009, la pluviométrie a été divisée par dix, passant de 1010 mm à 114 mm et la récolte a été nulle ou presque », a souligné le Dr. Babille.

« Le gouvernement a fait des efforts pour fournir du millet (…) mais les stocks sont faibles. Il y a beaucoup de facteurs qui menacent une population déjà très vulnérable » dans des zones où la malnutrition est chronique, a-t-il averti.


Commentaires sur facebook