Tchad : Le PNUD organise une consultation sur l’intégration des déplacés – UN

Réunissant des responsables militaires et religieux provenant des zones de conflit à l’est du Tchad, le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) a organisé récemment un atelier visant à promouvoir l’intégration des déplacés et la coexistence pacifique entre communautés.

Il s’agissait du premier forum de ce type. Les 150 participants, réunis pendant deux jours, venaient de la région de Sila, qui héberge près de 95% des déplacés du Tchad, soit 167.000 personnes. Les discussions ont porté sur les moyens de créer une culture de la paix, de cohabitation pacifique afin de diminuer les tensions entre personnes déplacées, communautés d’accueil et populations pastorales vivant dans la région.

L’insécurité grandissante dans l’est du Tchad est due à la fois à la multiplication des attaques de bandits de grand chemin et à la présence de rebelles venus du Darfour voisin. Elle a provoqué l’exode de centaines de milliers de personnes qui se retrouvent déplacées à l’intérieur de leur propre pays.

Le PNUD a lancé un programme de « relèvement » de cette région. Il s’agit d’abord d’y rétablir la sécurité et la gouvernance locale par la promotion du développement et du redressement socioéconomique. Il s’agit aussi d’y renforcer la primauté du droit, en permettant notamment l’accès à la justice.

« Le PNUD s’est engagé à renforcer son appui en faveur des actions de prévention des conflits et des activités liées aux moyens de subsistance destinées aux populations touchées par les conflits dans la région », a indiqué Pascal Karorero, directeur de pays au PNUD.

Les participants ont constitué trois groupes de travail. Ceux-ci devaient examiner les questions de prévention des crises, de consolidation de la paix et de développement durable. Ils ont accepté de s’attaquer aux problèmes de corruption et d’impunité. Ils ont aussi prévu de lancer des activités de protection de l’environnement tout en entreprenant le désarmement de la population civile.

Cette démarche présente le double avantage de réaliser l’intégration à long terme des personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays et de permettre la mise en œuvre de projets répondant aux besoins socioéconomiques les plus urgents dans les villages d’accueil.

Présidant l’événement, le gouverneur de la région orientale de Sila, El Hadj Toke Dady, a reconnu que le forum fournissait une occasion de consultation unique. Il a aussi souligné l’importance d’établir une étroite concertation entre l’Etat tchadien et ses partenaires en développement afin de consolider la paix entre les différentes communautés de Sila.


Commentaires sur facebook