L’ONU regrette la demande de retrait de sa force de paix au Tchad – Afp

L’ONU a déploré mardi la demande de retrait de sa mission de paix au Tchad (Minurcat) par le gouvernement de N’Djamena et a nié que cette mission soit un échec comme l’affirme le président tchadien Idriss Déby Itno.

« Il est regrettable que le gouvernement du Tchad ait réclamé le retrait de la Minurcat, en attribuant cette demande à +l’échec+ de la force », a déclaré le porte-parole de l’ONU Martin Nesirky, lors d’un point de presse.

« La force des Nations unies n’est absolument pas un échec, elle est aujourd’hui déployée à 70% de ses effectifs autorisés, elle a beaucoup de visibilité et s’emploie activement à établir sa présence sur toute sa zone d’opérations par des patrouilles à long et court rayon d’action, ainsi qu’en servant d’escorte aux humanitaires », a-t-il ajouté.

« La force a fourni la protection nécessaire à l’ouverture d’espaces humanitaires et les conditions nécessaires à la formation, à l’entraînement et au déploiement du +Détachement intégré de sécurité+ tchadien, qui assure la sécurité dans et autour des camps de réfugiés et de déplacés », a encore dit M. Nesirky.

La mission des Casques bleus au Tchad et en Centrafrique (Minurcat) est un « échec », a affirmé mardi lors d’une visite au Soudan le président Déby, pour justifier la demande de non-renouvellement de cette mission de paix.

« A l’heure actuelle, à la mi-parcours, Minurcat n’est pas opérationnelle et Minurcat ne sera pas opérationnelle non plus même si on lui donnait encore un an », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse conjointe avec le président soudanais Omar el-Béchir.

La partie civile de la mission de paix « avait pour mission de procéder, d’identifier et faire du développement tout au long de la frontière, (mais) un an après, aucun projet, même pas un seul puits n’a été fait, donc la mission de Minurcat est un échec », a affirmé M. Déby.

La Minurcat a été créée en 2007 pour assurer la sécurité des quelque 450.000 réfugiés et déplacés dans l’est du Tchad et le nord-est de la Centrafrique, deux pays affectés par la guerre au Darfour (ouest du Soudan). Elle est aussi chargée de favoriser le retour volontaire des réfugiés et de faciliter l’aide humanitaire.

Le 15 mars 2009, elle a pris le relais de la Force de l’Union européenne pour un mandat d’un an, avec la possibilité de le renouveler. Son effectif autorisé est de 5.200 militaires et 300 policiers.

Le Tchad a demandé le mois dernier à l’ONU de ne pas renouveler son mandat, qui doit s’achever en mars.

Le Soudan et le Tchad ont annoncé à la même période un processus de normalisation de leurs relations qui prévoit le déploiement d’une force mixte tchado-soudanaise le long de la frontière entre les deux pays.


Commentaires sur facebook