La France joue profil bas – Libération

Les 16 Européens étaient hier soir sur le point d’être inculpés.

Le scandale des 103 orphelins du Darfour que voulait évacuer vers la France l’Arche de Zoé ne cesse de prendre de l’ampleur. Et le sort des 16 Européens retenus au Tchad ne s’arrange pas. Au contraire, le procureur d’Abéché a requis leur inculpation, ainsi que celle de deux Tchadiens – un responsable local et un notable – pour «enlèvement de mineurs», «escroquerie» ou «complicité». Ils devraient être transférés dans les jours à venir vers la capitale N’Djaména.

L’Organisation de la conférence islamique, qui regroupe tous les pays musulmans, a promis, hier soir depuis l’Arabie Saoudite, de lancer un programme pour «protéger les enfants du Darfour».

Pour tenter de dégonfler la polémique, Nicolas Sarkozy a appelé dimanche soir son homologue tchadien, Idriss Déby, et a condamné cette opération «illégale et inacceptable». Il a reçu, selon Rama Yade, la secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères, l’assurance que l’Eufor, la force militaire européenne – à dominante française – qui doit se déployer au Tchad dans un mois, n’était pas menacée. Cette dernière a promis d’œuvrer pour protéger les citoyens français détenus au Tchad. Sans succès, même pour les journalistes présents dans le cadre de leur travail.

Hier, Yade, qui s’est rendue au Darfour la semaine dernière, a réuni les ONG concernées, leur révélant que l’enquête de l’Unicef, du HCR et du CICR concluait que la plupart des enfants sont tchadiens et pas orphelins. Elle a demandé aux humanitaires de la soutenir, justifiant l’action passée du Quai d’Orsay et se plaignant de la passivité des autres ministères. Quelques ONG occidentales auraient été caillassées à Abéché.

Les avocats de l’Arche de Zoé, qui ont tenu une conférence de presse hier à Marseille, plaident la bonne foi de l’ONG et estiment être au centre d’une «affaire politique», qui les dépasse. Terrorisées, les familles d’accueil ont reçu ordre de se taire. Quatre perquisitions visant l’ONG ont été menées depuis vendredi par la brigade des mineurs.

CHRISTOPHE AYAD


Commentaires sur facebook