Minurcat: les discussions ONU-Tchad débutent mercredi – Afp

Les discussions sur l’avenir au Tchad de la Minurcat, mission de paix des Nations unies, débuteront mercredi entre les autorités tchadiennes et des délégués de l’ONU dépêchés à N’Djamena, a affirmé mardi à l’AFP une source officielle tchadienne.

Le Tunisien Youssef Mahmoud, chef de la délégation de l’ONU arrivée lundi soir dans la capitale tchadienne, a rencontré mardi le général Oki Dagache, représentant spécial du président tchadien Idriss Deby Itno auprès de la Minurcat, a affirmé cette source jointe dans les services du général Dagache.

Il s’agissait d' »une visite de courtoisie au général Oki Dagache. Les deux parties engageront les discussions à partir de mercredi », a-t-elle précisé sous couvert d’anonymat. Elle n’a pas souhaité en dire plus.

Aucune source onusienne contactée par l’AFP n’a voulu s’exprimer.

Youssef Mahmoud, actuellement responsable au département politique de l’ONU, a été chef du Bureau intégré de l’ONU au Burundi.

En janvier, le président Deby avait fait parvenir une note verbale à l’ONU, demandant le retrait de la Minurcat le 15 mars, date initiale d’expiration de son mandat. Il avait qualifié la mission d' »échec ».

L’ONU avait dépêché à N’Djamena une délégation conduite par le général néerlandais Patrick Cammaert fin janvier, puis fin février une autre délégation dirigée par le chef de son département de maintien de la paix Alain Le Roy, pour discuter de la question avec les autorités tchadiennes.

Le président Deby a alors offert de proroger de deux mois le mandat de la Minurcat, jusqu’au 15 mai. Cette proposition a été acceptée et validée par le Conseil de sécurité de l’ONU le 12 mars.

Trois jours plus tard, le chef de la Minurcat, Victor da Silva Angelo, a annoncé à l’AFP la tenue de nouvelles discussions sur l’avenir de la mission, en expliquant que le débat porterait notamment « sur la présence de la Minurcat après le 15 mai 2010, le nombre des civils et militaires qui resteront », leurs tâches ainsi qu’un calendrier des « activités à mener d’ici à la fin de 2010 ».

« Je dois vous dire que nous, aussi bien le Tchad que les Nations unies, cherchons à nous entendre. Nous essayons à tout prix de ne pas arriver à une situation de rupture », avait assuré M. Angelo.

La Minurcat a été créée en 2007 pour assurer la sécurité des réfugiés et déplacés au Tchad et en Centrafrique, favoriser le retour volontaire des réfugiés et faciliter l’aide humanitaire dans des zones affectées par des attaques et par la guerre au Darfour, dans l’ouest du Soudan voisin.

Craignant pour la sécurité des réfugiés et déplacés, l’ONU et plusieurs ONG ont exprimé de sérieuses réserves à l’idée d’un éventuel retrait de la composante militaire de la Minurcat.


Commentaires sur facebook