Tchad: manifestation des employés locaux de la Minurcat pour leurs salaires – Afp

Les employés locaux de la Mission des Nations unies en République centrafricaine et au Tchad (Minurcat) ont organisé un sit-in mercredi à N’Djamena et dans l’est tchadien pour une amélioration de leur rémunération, selon un journaliste de l’AFP et leur association.

Dans la capitale, leur sit-in qui a rassemblé une centaine de personnes, s’est tenu devant le quartier général de la Minurcat, bloquant toute activité jusqu’en début d’après-midi, en présence d’un dispositif policier, a constaté le journaliste de l’AFP.

La manifestation s’est déroulée sans incident.

« Le même mouvement a eu lieu sur les différents sites de la Minurcat dans l’est du Tchad », où est déployée la mission, a assuré Abdoulaye Mahamat Abdoulaye, vice-président de l’Association du personnel national de la mission estimé à plus de 700 agents.

« Nous venons ici exprimer notre ras-le-bol du fait de ce que nous vivons chaque jour, individuellement ou collectivement, au sein de cette mission. (…) Nous exigeons l’augmentation des salaires », a-t-il affirmé.

« Le salaire des (expatriés) a été revu à la hausse, alors que nous, nous subissons le même coût de vie » sans augmentation, a-t-il expliqué, sans donner de chiffres.

Un autre responsable de l’association a indiqué à l’AFP que le salaire des locaux allait de 200.000 FCFA à 2 millions de FCFA (près de 305 à 3.050 euros) et que leurs « primes et autres avantages » avaient été supprimés dernièrement.

Les employés locaux de la Minurcat demandent aussi « la révision des grades mal catégorisés et le rétablissement des heures supplémentaires suspendues pour insuffisance budgétaires », estimant que « le budget actuel n’est consommé qu’à hauteur d’un tiers après neuf mois d’exercice », d’après leur association.

Selon ses responsables, ce mouvement sera reconduit dans les prochains jours en cas de non-satisfaction de leurs revendications.

Contacté par l’AFP, le porte-parole de la Minurcat n’a pas souhaité réagir.

Lundi et mardi, environ cent ex-employés contractuels de la Mission avaient manifesté pour réclamer le remboursement de « droits » et le renouvellement de leurs contrats, « stoppés sans préavis » selon eux, arrivés à terme selon l’ONU.


Commentaires sur facebook