Sécheresse au Sahel: la FAO renforce son aide au Niger et au Tchad – Afp

L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a annoncé mercredi un renforcement de son aide aux éleveurs et pasteurs au Niger et au Tchad, confrontés à une chute de la production agricole et à une crise alimentaire dues à la sécheresse.

En raison de la faiblesse des précipitations en 2009, « on estime à 9,8 millions le nombre de personnes désormais vulnérables dans ces deux pays et des milliers d’autres sont également menacées par la faim dans le nord du Burkina Faso et le nord-est du Mali », indique la FAO dans un communiqué.

Dans la plupart des pays de l’est du Sahel, la prévalence de la malnutrition aiguë est supérieure à 16%, soit au-delà des seuils critiques fixés par l’OMS (Organisation mondiale de la Santé), selon la FAO, qui souhaite « éviter une crise alimentaire aiguë comme celle qui s’était produite en 2005 ».

« La priorité pour la FAO est d’obtenir du fourrage pour les animaux et de fournir aux agriculteurs les semences pour la saison des semis de juin », note Fatouma Seid, coordonnatrice de la FAO pour l’Afrique de l’Ouest, citée par le communiqué.

Au Niger, qui avait déjà connu une grave crise alimentaire en 2005, la FAO a lancé huit nouveaux projets d’une valeur de 12,7 millions de dollars qui profiteront à quelque 2,6 millions de personnes. Ils sont financés par l’UE, le DFID, l’Espagne, la Belgique et le Fonds central d’intervention d’urgence (CERF).

Les programmes comprennent l’achat et la distribution immédiate de 7.850 tonnes de fourrage, 2.500 tonnes de semences de céréales et de légumes et des engrais pour la principale saison des semis de juin et la saison sèche d’octobre.

Au Tchad, où l’afflux de réfugiés en provenance de la région soudanaise du Darfour et de la République centrafricaine aggrave la situation déjà fragile, la FAO fournit des intrants agricoles, des semences, des engrais et des aliments pour animaux d’une valeur de 4,5 millions de dollars pour la saison des semis de mai.

Cette opération est financée principalement par l’Union européenne (UE) et le CERF.

Des distributions de fourrage et de produits vétérinaires aux pasteurs du Mali et du Burkina Faso sont également en cours.


Commentaires sur facebook