Le leader de la rébellion soudanaise indésirable au Tchad – Rfi

Arrivé mardi 18 mai à Ndjamena pour rejoindre sa villa, le chef des rebelles darfouriens, Khalil Ibrahim a été empêché ce mercredi 19 mai 2010 de quitter l’aéroport. Depuis le début de l’après-midi, il est resté bloqué dans l’avion. Les autorités tchadiennes ont confirmé que le chef du Mouvement pour la justice et l’égalité (MJE), le plus important mouvement rebelle du Darfour, était « persona non grata » dans le pays.

Khalil Ibrahim, le leader de la principale rébellion soudanaise, le MJE, est bloqué à l’aéroport de Ndjamena depuis mardi soir. Les autorités tchadiennes ne veulent pas que Khalil Ibrahim, arrivé de Tripoli, débarque et rejoigne sa villa de Ndjamena. Il a même tenté de descendre mais il a été remis dans l’avion. En fait Khalil Ibrahim est «persona non grata » au Tchad et il a été expulsé.

Lors d’un entretien à RFI, le ministre tchadien de l’Intérieur, Ahmat Mahamat Bachir, a été on ne peut plus clair là-dessus : « Khalil a été déclaré persona non grata au Tchad. A sa descente de l’avion, nous avons constaté la présence de Khalil accompagné de quelque neuf personnes et alors, tout de suite, nous avons pris la décision de le mettre en état d’expulsion. Il est une personne indésirable au Tchad et nous l’avons expulsé. Nous l’avons remis dans la cabine de l’avion ».

L’aéroport de Ndjamena a été mis sous haute surveillance. L’Airbus A-319 de la compagnie libyenne Al-Afriqiyah a été entouré par des policiers tchadiens. Khalil Ibrahim, son représentant à Ndjamena et quelques gardes du corps sont dans l’avion depuis plus de 12 heures. Autour de l’aéroport de la capitale tchadienne, on notait la présence de quelques partisans du chef du JEM qui étaient venus l’attendre et ils étaient encadrés par une discrète présence policière. Les observateurs à Ndjamena affirment que la température à l’intérieur de l’avion immobilisé devait être très chaude, plus de 45°, et que les conditions y étaient très difficiles.

Ahmat Hussein Adam, porte-parole du MJE, à déclaré à l’AFP à Khartoum que Khalil Ibrahim avait l’intention de se rendre au Darfour et que le pilote de l’avion libyen a refusé de repartir vers Tripoli, car Khalil Ibrahim et ses accompagnants n’avaient plus leurs passeports. Il a ajouté que les autorités tchadiennes faisaient des efforts pour que Khalil Ibrahim et la délégation de son mouvement puisse se rendre à Doha, au Qatar.

Le MJE a participé récemment à des négociations avec le gouvernement soudanais mais a refusé de signer un accord de paix, accusant Khartoum d’avoir déclenché une offensive. Par la suite le Soudan a émis un mandat d’arrêt contre Khalil Ibrahim.

Le président tchadien Idris Déby Itno s’est rendu en visite à Khartoum début février pour y rencontrer le président soudanais el-Béchir, une visite qui confirmait la réconciliation entre les deux Etats, après plusieurs années d’incidents militaires, notamment dans la zone frontalière. Le Tchad et le Soudan se sont engagés à cesser tout appui aux mouvements rebelles qui combattent les autorités du pays voisin. En 2008, le MJE avait fait une attaque dans la zone de Khartoum.


Commentaires sur facebook