Une employée française de l’ONG Oxfam brièvement enlevée dans l’est du Tchad – Afp

Des hommes armés ont enlevé dimanche une employée française de l’ONG humanitaire Oxfam dans l’est du Tchad, qui a été retrouvée quatre heures plus tard par les forces tchadiennes de sécurité vers la frontière avec le Soudan, a annoncé le ministre tchadien de l’Intérieur.

La Française, dont l’identité n’a pas été révélée, a été kidnappée « dimanche à 01H00 du matin (00H00 GMT) dans la base de vie d’Oxfam à Koukou Angarana », localité abritant un camp d’environ 20.000 réfugiés soudanais et polarisant des sites de déplacés tchadiens, a affirmé à l’AFP le ministre Ahmat Mahamat Bachir, également chargé de la Sécurité.

« Sept hommes armés ont débarqué (…), ils ont enlevé la responsable de la base, une Française, emporté deux véhicules avec du carburant et se sont dirigés vers la frontière Tchad-Soudan », a expliqué M. Bachir.

« Alertés, les éléments des forces de défense et de sécurité et ceux du Détachement intégré de sécurité (DIS, policiers et gendarmes formés par l’ONU pour veiller sur les camps de réfugiés) se sont mis à leur poursuite. Vers 05H00 (04H00 GMT), les ravisseurs ont abandonné la Française et les deux véhicules qui ont été récupérés » par les forces armées, a-t-il dit.

Il n’a pas fourni plus de détails.

Le bref enlèvement a été confirmé à l’AFP par un responsable de la sécurité d’Oxfam joint à Koukou Angarana, qui n’était pas en mesure de s’exprimer immédiatement sur la situation de l’ex-otage.

« Nous avons un collègue – c’est une femme – qui a été enlevé par des hommes armés dont nous ne connaissons pas l’identité. Elle a été libérée. Nous remercions les forces de défense et de sécurité pour le travail fait » dimanche, a déclaré ce responsable, refusant de dévoiler l’identité de l’humanitaire.

Koukou Angarana est à environ 180 km au sud-est d’Abéché, grande ville de l’est tchadien où sont basées de nombreuses ONG et agences onusiennes venant en aide à près d’un demi-million de déplacés tchadiens et réfugiés venus du Darfour (ouest du Soudan) et de Centrafrique.

Le bref rapt intervient moins de deux semaines après la libération d’un employé de nationalité suisse et britannique d’Oxfam, qui avait été enlevé par des hommes armés à Abéché.

Hubert Ballaman avait été retenu otage neuf jours. Selon le gouvernement tchadien, il avait été libéré le 15 juin par des hommes de la force mixte Tchad-Soudan déployée depuis mars le long de la frontière commune.


Commentaires sur facebook