L’Arche de Zoé : les enfants seraient tchadiens, selon Paris – Le Figaro

D’après un conseiller spécial de Bernard Kouchner la majorité des enfants sont de nationalité tchadienne, avec des parents tchadiens. De son côté, l’Unicef affirme ignorer si les enfants sont des orphelins et d’où ils viennent.

« Il s’agit en majorité – et vous verrez que ce sera confirmé par les organisations internationales – d’enfants tchadiens avec des parents tchadiens au Tchad« , a déclaré mardi un conseiller politique du ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner à la radio privée RTL.

« Vous verrez très rapidement arriver des chiffres, dont je ne peux pas donner la teneur parce qu’ils ne sont pas confirmés définitivement, mais qui montrent clairement que la plupart des enfants sont des enfants tchadiens, que la plupart de ces enfants ont des parents« , a souligné Eric Chevalier.De son côté, la porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Pascale Andréani, a déclaré à la presse que « selon de premières informations, il y aurait beaucoup d’enfants tchadiens et beaucoup ne seraient pas orphelins ».

Enfants intérrogés « un par un« 

Pourtant, quelques heures plus tôt, un porte-parole de l’Unicef assurait que les organisations humanitaires qui ont pris en charge les enfants «ignorent pour le moment s’ils sont ou non orphelins et d’où ils viennent». Pour le moment, les enfants qui devaient être confiés à des familles adoptives en France sont interrogés «un par un» par le Comité international de la Croix Rouge. Des déclarations bien moins tranchées que celles faites vendredi dernier par l’Unicef France qui affirmait que la plupart des enfants «enlevés» n’étaient pas orphelins.

Inculpés ou pas inculpés?

Sur le plan judiciaire, les six Français de l’association L’Arche de Zoé et les trois journalistes qui les accompagnaient attendent d’être fixés sur leur sort. Le ministère des Affaires étrangères a indiqué mardi qu’il n’y avait pas à sa connaissance de « décision prise sur l’inculpation« . Il n’y aurait pour le moment que des « incriminations » signifiées par le procureur. Pourtant quelques heures plus tôt la justice tchadienne a déclaré avoir inculpé les 16 Européens – neuf Français et sept Espagnols – pour «escroquerie» et d' »enlèvement de mineurs en vue de compromettre l’état civil« . Des accords bilatéraux permettraient de faire juger en France les membres de l’Arche de Zoé et les journalistes détenus au Tchad mais ils nécessitent leur inculpation à Paris et l’accord des autorités judiciaires de N’Djamena.

De son côté, l’Espagne a manifesté son «désaccord» avec l’inculpation de sept de ses ressortissants. « Tant que des preuves ne sont pas présentées, le gouvernement continuera de considérer qu’ils sont innocents et continuera de demander leur libération » a déclaré le secrétaire d’Etat aux affaires étrangères espagnol Bernardino Leon.


Commentaires sur facebook