Tchad: Les défis de la réponse aux inondations à N’Djamena – Irin

L’effort humanitaire engagé après les inondations à N’Djamena, la capitale du Tchad, inclut la distribution de tablettes de purification de l’eau, d’antibiotiques et de tentes, mais aussi la présence d’ingénieurs hydrauliques et l’organisation de réunions sur le thème de la planification urbaine. Ces inondations, les pires que le Tchad ait connues depuis des décennies, ont été provoquées par le débordement du fleuve Chari. Le gouvernement, les organisations non gouvernementales (ONG) et les habitants de la ville élaborent actuellement des projets afin que de telles catastrophes ne se reproduisent pas.

Les eaux continuent de monter depuis la fin du mois de septembre, lorsque le fleuve Chari est sorti de son lit et a englouti les maisons des communautés installées sur ses berges. Les habitants et les experts rappellent que des inondations similaires se sont produites en 1988 et en 1998, mais que les dernières inondations sont les pires.

Le gouvernement a indiqué qu’il avait prévu de reloger les communautés installées sur les berges du fleuve. Certains habitants – qui continuent de mettre des sacs de sable et des débris de leur maison afin de se protéger de l’eau – souhaitent que des solutions leur permettant de rester sur place soient trouvées.

Mais Kalzeubé Payimi Deubet, le ministre tchadien des Communications, a dit à IRIN que cette solution n’était pas viable. « La solution du relogement est la meilleure. Si ces communautés ne sont pas relogées, elles assisteront à des destructions identiques encore et encore. Toute la ville de N’Djamena sera menacée si nous ne stabilisons pas les lieux ».

Suite aux récentes inondations, les eaux sont montées et ont commencé à atteindre, par les canaux, les zones de N’Djamena situées plus en hauteur. « Les experts ont assisté à l’inversion du cours du fleuve – ce n’étaient plus les eaux de la ville qui nourrissaient le fleuve, mais le fleuve qui commençait à pénétrer dans la ville », a indiqué à IRIN Marzio Babille, le représentant du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF).

À l’occasion d’une visite organisée le 25 octobre dans le quartier de Walia, dans le sud de la capitale, le président Idriss Déby a dit que le gouvernement allait aménager un site localisé plus en hauteur et moins humide où les habitants allaient être relogés.

« Il faut que la population abandonne complètement les deux lits du fleuve Chari et Logone », a dit M. Déby. Le fleuve Logone traverse également la capitale et se jette dans le lac Tchad.

Certains habitants sont trop attachés à leurs terres et préfèrent rester, a dit à IRIN Pierre Ngolfou, responsable du comité de réponse aux inondations du quartier de Walia.

« Nous allons étudier différentes solutions, comme la construction de digues, pour que les gens restent ici, puis nous allons les présenter au gouvernement.

« Nous apprécions que le Président soit venu ici pour prendre la mesure de la situation et qu’il veuille trouver des solutions. Il a évidemment été ému de voir la population vivre les pieds dans l’eau. Nous devons examiner deux possibilités – rester ou partir. Cependant, nous ne devons pas prendre cette décision sur le coup de l’émotion, mais en nous appuyant sur de solides analyses ».

« Une réponse rapide… permet de sauver des vies ».

Au Tchad et dans le reste du monde, particulièrement dans un contexte de changement climatique, il est important que les gouvernements et les communautés travaillent ensemble pour garantir une gestion rationnelle et durable des ressources naturelles, a dit Sandjima Dounia, secrétaire général du ministère de l’Environnement et des ressources halieutiques.

« C’est un phénomène naturel [qu’on ne trouve] pas seulement au Tchad. Souvent les populations ne respectent pas le lit géographique des cours d’eau [et] elles s’y installent… Partout, l’Etat doit assurer l’aménagement intégré des cours d’eau… en expliquant aux populations les grands risques [d’inondations] encourus ».

M. Dounia a participé au forum sur le développement durable organisé du 29 au 31 octobre et dont le thème était « Sauver le lac Tchad ». La gestion des fleuves est l’un des sujets qui a été abordé.

Selon M. Babille, l’UNICEF va faire appel à des ingénieurs hydrauliques et à des spécialistes des vannes suédois, français et égyptiens dans les jours à venir.

« Une réponse solide et rapide aux situations d’urgence permet de prévenir la propagation des maladies et de sauver des vies », a-t-il dit à IRIN. « Dans le même temps, il faut une planification solide à moyen et à long terme pour gérer le fleuve, utiliser des stations de pompage, construire des systèmes de drainage efficaces et fournir des installations sanitaires adaptées ».

Un groupe inter-agences (Nations Unies et ONG) explore les solutions à moyen et long terme pour les communautés susceptibles d’être touchées régulièrement par les inondations.

Le groupe demande des solutions durables, « car la montée du fleuve Chari et de son affluent, le Logone est un phénomène cyclique », selon le rapport d’une mission menée le 22 octobre sur les lieux. Le groupe recommande la construction de canaux et de digues afin de protéger les berges, le relogement des personnes qui vivent dans des zones inondables et une interdiction d’y construire de nouveaux édifices.


Commentaires sur facebook